(Société Civile Média) – Le Syndicat National de la Boulangerie Viennoise du Togo (SY.NA.BO.VI.TO) a un nouveau bureau exécutif. Un bureau de 11 membres élu mercredi 18 mars à Lomé et dirigé par Marie AYI ALOGNON. La nouvelle Secrétaire générale entend impulser une nouvelle dynamique à cette organisation syndicale qui regroupe les boulangères du pays.  

Mme AYI ALOGNON a été portée à la tête du SY.NA.BO.VI.TO à l’issue d’un congrès extraordinaire statutaire et électif tenu à Tokoin CESAL et axé sur le thème « Un syndicat fort pour un travail décent dans l’artisanat ». La rencontre a réuni 70 personnes venues de Lomé, d’Adétikopé et de Dapaong.

Tout en saluant le travail abattu par le bureau sortant, elle se fixe deux objectifs essentiels. Le premier consistera à redonner un souffle nouveau à cette organisation syndicale lancée depuis 2015.

« Le bureau sortant a fait un bon travail et nous les en remercions énormément. Nous comptons donc poursuivre cette mission en nous appuyant sur les acquis qu’ils nous ont laissés. Des défis se posent à nous sans cesse et tous les jours. Il nous faut donc redoubler d’ardeur pour pouvoir les relever », a indiqué Marie AYI ALOGNON après son élection.

Le nouveau bureau de 11 membres du SY.NA.BO.VI.TO

« Le secteur de la boulangerie doit revivre au Togo. Et cela passe par le dynamisme que nous donnerons à notre syndicat. Avec mes collaborateurs, nous comptons travailler pour fédérer tous les boulangers du pays autour d’une seule et même cause, l’amélioration des activités de notre secteur et de nos conditions de vie. Une chose est sûre, nous voulons faire avancer notre syndicat et avec l’apport de chacun, nous y arriverons », promet-elle.

Le deuxième objectif que se fixe le nouveau bureau du SY.NA.BO.VI.TO est de parvenir à bannir totalement l’utilisation du bromate de potassium dans la fabrication du pain. Interdit par le gouvernement togolais à travers un arrêté interministériel en date du 13 juin 2019, ce produit qualifié de cancérigène continue d’être utilisé par certains boulangers de la place. Une attitude qui, selon Marie AYI ALOGNON, ne donne pas une bonne image à la boulangerie au Togo.

« L’utilisation de ce produit doit cesser et c’est l’un des grands défis que nous entendons relever. Beaucoup se sont pliés à l’interdiction du gouvernement mais il y en a qui continuent malheureusement d’user du bromate de potassium. Ceux là doivent prendre conscience du fait qu’en le faisant, ils mettent en danger la santé des consommateurs. Nous en appelons donc aux autorités pour qu’elles fassent ce combat avec nous en interdisant l’importation de ce produit. Si les récalcitrants continuent de l’utiliser, c’est parce qu’ils en trouvent sur le marché. Quand il n’y en aura plus, ils seront dans l’obligation de fabriquer leur pain avec des produits qui ne représentent aucun danger pour la population », a indiqué la nouvelle Secrétaire générale du SY.NA.BO.VI.TO.

Marie AYI ALOGNON, nouvelle SG du SY.NA.BO.VI.TO

La volonté y est . Et le nouveau bureau de cette organisation ne sera pas seul. Elle peut compter sur l’appui de sa faîtière, la Confédération Syndicale des Travailleurs du Togo (CSTT).

« Dans les défis il s’agit de renforcer l’organisation des boulangères sur le terrain, faire en sorte que ceux qui ne sont pas membres du syndicat puissent y adhérer et nous continuerons également à renforcer leurs capacités. Nous comptons mettre un accent sur la question de l’hygiène, sécurité, santé au travail, faire en sorte qu’elles n’utilisent plus des produits chimiques dans la fabrication du pain et autres aliments qu’elles produisent », souligne Jean Folly KOUMONDJI de la CSTT.

Le SY.NA.BO.VI.TO peut également compter sur la Société Générale des Moulins du Togo (SGMT) et OLAM, deux partenaires qui ont promis lui apporter leur accompagnement à chaque fois qu’il en aura besoin.

Vue partielle des participants au congrès

Par ailleurs, le congrès a été pour les boulangères du SY.NA.BO.VI.TO l’occasion d’être formées par la CSTT sur un certain nombre de notions notamment, ce que c’est qu’un syndicat et ce que signifie le travail décent. La formation leur a également permis de connaître la différence entre le syndicat, la chambre de métier des artisans et une association.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications