Posted on

(Société Civile Média) – Des enfants naturellement gauchers, mais que leurs parents contraignent à utiliser la main droite, la pratique est courante. Elle est surtout la conséquence de certaines idées reçues : la main gauche incarnerait le mal et serait associée au vice, à la faute et au diable. Des idées qui, jusqu’alors, conduisent à la stigmatisation et à la discrimination des gauchers.

Au Togo, le mouvement « #GaucherEtPasComplexé » veut en finir avec ces pratiques. Elle a été lancée ce jeudi, alors qu’est célébrée la Journée internationale des gauchers.

« Il s’agit pour nous d’abord de dénoncer cette stigmatisation et discrimination que subissent les gauchers, puis d’amener les gens à comprendre que naître gaucher n’est pas une malédiction ou une tare », explique Eli GIDIGIDI, initiatrice du mouvement.

A peine créé, le mouvement a commencé ce jour une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux. Une campagne qui sera suivie, dans les jours à venir, d’émissions radio et de panels de discussion.

La Journée internationale des gauchers, il faut le rappeler, a été instituée depuis 1976 et est célébrée le 13 août de chaque année pour la sensibilisation aux droits des gauchers contre la stigmatisation et la discrimination.

Selon les estimations, le pourcentage de gauchers dans le monde varie de 10 à 13 %. Il y aurait 25% de gauchers à la naissance et environ 10% le resterait à l’âge adulte. Jusqu’à une époque relativement proche, la particularité des gauchers était considérée comme un défaut, voire une tare. Ils étaient obligés d’apprendre à écrire de la main droite, ce qui les plaçait souvent dans une position très défavorable.

Abonnez-vous à notre newsletter pour avoir toutes nos publications