Posted on

(Société Civile Média) – Devenue veuve après la mort de son mari, tué par un policier le 21 mai dernier, Tanti, la femme de jeune Mohamed, a désormais la lourde responsabilité de subvenir, seule, aux besoins de ses deux enfants. Une mission très difficile pour cette jeune fille, la vingtaine, qui n’a aucun travail sous la main. Elle en appelle donc à l’aide des bonnes volontés.

« Nous appelons les gens à nous venir en aide, surtout dans la prise en charge des enfants », a-t-elle confié à nos confrères de la Chaîne YouTube Mag TV, avant d’évoquer les répercussions psychologiques de la mort de son mari sur les enfants, la plus âgé, 5 ans, étant avec son père quand on lui a tiré dessus.

« J’étais chez mon père quand le drame s’est produit. Je devrais revenir le samedi quand il a été tué jeudi. Notre grande fille était avec lui lors du drame. Aujourd’hui, elle essaye de s’adapter à la situation. Elle n’arrive même plus à s’exprimer. Quant au petit garçon, il réclame son père tout le temps. Il ne fait que pleurer chaque nuit. Il ne dort plus », fait savoir la jeune veuve.

D’après cette dernière, des personnes de bonne volonté n’ont pas manqué de leur rendre visite, certains ayant promis d’aider sa fille dans ses études. La veuve du jeune Mohamed fait sans nul doute allusion à l’association Forum des Mères-Célibataires (FMC) qui, une semaine après le drame, s’est rendue au domicile du défunt pour faire un don en vivres et non-vivres à la veuve et aux enfants. Un geste à travers lequel l’association dirigée par Dédé Akpédjé MESSAN a voulu leur témoigner amour et compassion. FMC a ainsi décidé de prendre en charge la scolarité de la fille aînée du défunt jusqu’à l’obtention de son Certificat d’Etude du Premier Degré (CEPD).

D’autres bonnes volontés sont donc interpellées.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications