Posted on

(Société Civile Média) – Représentant de l’ONU/SIDA au Togo, Eric VERSCHUEREN ne cache pas son inquiétude. Alors que toutes les frontières sont fermées depuis plusieurs semaines en raison de la pandémie du coronavirus, le médecin belge craint une rupture du stock d’antiretroviraux et donc une répercussion sur les personnes vivant avec le VIH/Sida.

« C’est un souci avec la fermeture des frontières terrestres et aériennes. Mais c’est une situation que nous suivons de très près et pour laquelle le système des Nations unies collabore avec le gouvernement pour voir dans quelles mesures les actions peuvent être éventuellement menées », a-t-il indiqué.

Toutefois, Eric VERSCHUEREN s’est voulu rassurant, indiquant que le ministère de la Santé a rassuré qu’il n’y aura pas de rupture si toutes les commandes arrivaient à temps.

Ces dernières années, le Togo a enregistré une baisse significative du taux de prévalence du Vih Sida ( 3, 2 % entre 2007 et 2009 contre 2,3% en 2014). Elle évolue selon les régions.