Posted on

(Société Civile Média) – Accompagnées par un cabinet pour la réalisation d’un diagnostic devant permettre d’évaluer leurs capacités organisationnelle et technique, 14  organisations de la société civile membres de la ‘Coalition Pro-SSR pour tous au Togo’ ont reçu les résultats issus de cette autoévaluation. Ce fut lors d’un atelier de deux jours qui a servi à faire la restitution de ces résultats et au cours duquel les participants ont procédé  à  un  arbitrage  pour  l’allocation  des  fonds d’appui institutionnel à chacune des OSC en vue de mettre en œuvre des actions prioritaires  issues de leur plan de renforcement de capacités. La rencontre se situe dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Engagement de la société civile pour la promotion de la Santé,  Droits  sexuels et  de  la  Reproduction  pour  Tous  au  Togo ».

Confiée au Cabinet d’Ingénierie pour le Développement Inclusif et Durable (CIDID), la mission a consisté à faire l’auto-évaluation organisationnelle et technique des 14 OSC susmentionnées en vue de ressortir leurs forces et leurs faiblesses dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Engagement de la société civile pour la promotion de la Santé,  Droits  sexuels  et  de  la  Reproduction  pour  Tous  au  Togo ». Il s’est agi d’évaluer leurs capacités afin de pouvoir engager une synergie d’action forte pour une meilleure prise en compte des besoins en Santé et Droits en matière de Santé Sexuelle et de la Reproduction (SDSR) pour tous au Togo.

« Au cours de la mission, nous nous sommes rendus compte que la plupart des 14 OSC membres de la ‘Coalition Pro-SSR pour tous au Togo’ ont une bonne gouvernance et sont donc crédibles. Cependant, en matière de promotion des droits à la santé sexuelle et de la reproduction pour tous, on a remarqué qu’il y a beaucoup de choses qui méritent d’être améliorées », fait remarquer Désiré ADJOKE, directeur du CIDID.

Désiré ADJOKE, Directeur du CIDID

D’après M. ADJOKE, il y a des structures spécialisées en matière de santé sexuelle et de la reproduction mais qui ne prennent pas en compte toutes les composantes de la société dans sa diversité. Et d’ajouter qu’il y a également des associations identitaires qui sont refermées sur elles-mêmes et ne donnent des soins qu’à leurs membres.

« Or, pour que le processus soit vraiment inclusif il faudrait que chaque OSC puisse s’ouvrir à tous les citoyens »,   indique le directeur du CIDID.

L’atelier de restitution, tenu lundi 15 et mardi 16 juin à Lomé, a donc été l’occasion de présenter aux 14 OSC la synthèse des résultats issus de leur autoévaluation organisationnelle et technique, ainsi que les recommandations et actions proposées pour aboutir à un Mouvement Pro-SSR pour Tous fort d’ici fin 2021.

« La principale recommandation faite aux 14 OSC est le souhait de les voir améliorer leur processus de planification stratégique pour que ce processus soit à la fois participatif et véritablement inclusif », souligne Désiré ADJOKE. D’après lui, les OSC doivent pouvoir disposer d’une stratégie de mobilisation des ressources leur permettant de mettre en œuvre leurs actions. Le cabinet leur a également conseillé de mettre tout en œuvre pour explorer le domaine du secteur privé et leur collaboration avec les médias.

L’atelier de deux jours a par ailleurs permis aux participants de valider de manière consensuelle les actions prioritaires  pouvant  bénéficier de l’appui financier  du projet; de définir et valider  de manière consensuelle les critères et les montants d’allocation des fonds d’appui institutionnel (Fonds catalytiques) et d’élaborer une feuille de route pour la mise en œuvre des actions prioritaires validées par les 14 OSC.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications