(Société Civile Média) – Au Togo, le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT) se dit déterminé et prêt à faire face à la pandémie du coronavirus. Toutefois, cette organisation qui l’ensemble du personnel soignant du pays, n’entend pas faire ce travail n’importe comment et dans n’importe quelle condition. Estimant que les conditions ne sont pas encore réunies pour faire face à l’urgence, Dr Gilbert TSOLENYANOU, Secrétaire général de cette organisation, en appelle au gouvernement.

« Il nous faut souligner que cette situation n’est pas facile pour le personnel. Nous avons besoin dans l’urgence de moyens supplémentaires. Il s’agit de moyens de protection pour le personnel soignant, je veux parler des masques, des combinaisons, des gants, des solutions hydroalcooliques », a-t-il confié à Rfi ce lundi.

Alors que le CHR Lomé Commune a été réquisitionné par l’Etat togolais pour soigné les personnes atteintes par le COVID-19, M. TSOLEGNANOU fait savoir que les matériels de soins disponibles dans ce centre de santé sont insuffisants.

« Il faut aussi dire que nous avons besoin de moyens thérapeutiques dans les cas de complications. Il s’agira d’avoir des masques simples et des masques à haute concentration en oxygène des patients en soins intensifs, et pour les patients admis à la réanimation, nous aurons besoin de respirateurs, d’oxygène, et d’air médical sur le site choisi. Il n’est un secret pour personne que ces matériels sont vraiment insuffisants. Pour nous, si nous n’arrivons pas à avoir ces équipements de pointe, dans les délais raisonnables et si par mégarde, ce que nous ne souhaitons pas, des cas compliqués arrivaient, nous aurons vraiment des problèmes », a souligné le Secrétaire général du SYNPHOT.

A la date du 23 mars, le Togo a enregistré officiellement 18 personnes contaminées par le coronavirus.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications