Posted on

(Société Civile Média) – En attendant son rapport d’observation de l’élection présidentielle du 22 février 2020 au Togo, le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) s’est prononcé sur le déroulement du scrutin dans une déclaration rendue publique jeudi 27 février.

Dans cette déclaration, le CACIT salue l’application du Code électoral de manière générale et la quiétude régnant lors du scrutin, depuis l’ouverture jusqu’au dépouillement.

« On note l’ouverture des BV de façon globale à 7 heures, la disponibilité du matériel de vote, l’utilisation des urnes transparentes, la disposition adaptée des isoloirs, la mise en place de la consultation individualisée de la liste électorale par sms (CILS),le respect de l’heure de fermeture des BV etc. », indique cette organisation qui a monitoré près de 2123 Bureaux de Vote sur toute l’étendue du territoire.
Toutefois, le CACIT n’a pas manqué de relever certains dysfonctionnements constatés sur le terrain.

« Concernant les incidents et irrégularités, il y a lieu de relever, l’ouverture de certains BV avant l’heure,l’agression de membre de BV par des individus à visage découvert, les disputes entre délégués, la présence des militaires dans certains CRV, l’immixtion de certaines personnes se réclamant proche d’une autorité dans le processus de dépouillement, le dépouillement non public dans certains BV etc. Tout ceci constituant des violations des dispositions du Code électoral », fait savoir l’organisation de défense des droits de l’homme qui rappelle la nécessité de préserver la quiétude qui prévaut dans le pays et exhorte les acteurs politiques à utiliser les voies de recours légaux.

Le CACIT déplore par ailleurs l’annulation de l’accréditation à la Concertation Nationale de la Société Civile (CNSC) et le refus d’accréditation au Conseil Episcopale Justice et Paix (CEJP) qui, selon lui, auraient pu « contribuer à la prévention des conflits, au renforcement de la transparence et de la crédibilité du scrutin ».

Il faut rappeler que dans le cadre de l’observation de la présidentielle du 22 février, le CACIT a déployé 185 volontaires de la paix, 15 observateurs des défenseurs des droits de l’Homme et 15 moniteurs des médias et réseaux sociaux.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications