Posted on

(Société Civile Média) – Disponibilité du marché, problèmes financiers et matériels, les difficultés ne manquent pas dans le secteur de la production et de la transformation de l’ananas, pourtant très prometteur au Togo. Ces obstacles, l’ATAT (Association des Transformateurs de l’Ananas du Togo), qui vient de voir le jour, entend les combattre pour renforcer la compétitivité de la filière.

« Nous portons la filière et créons de l’emploi. Il était de bon ton qu’on puisse créer une association nationale qui regroupe tous ces transformateurs pour essayer de faire développer cette filière », explique Asséhana TCHALMA, élu président de l’ATAT à l’issue de l’assemblée générale constitutive de la nouvelle organisation, tenue vendredi 4 septembre à Lomé.

L’objectif visé à travers la mise en place de cette association est d’associer les producteurs et les transformateurs pour promouvoir et rendre plus professionnel la transformation de l’ananas en ces produits finis ou dérivés. L’ATAT entend donc travailler pour que cette filière relève les défis de la compétitivité attendue.

« Notre pari sera de dynamiser la filière ananas de manière à contribuer à la diversification et à la commercialisation des produits de rente au Togo », indique M.TCHALMA d’après qui « les transformateurs en fédérant leurs efforts vont désormais mieux faire face aux enjeux liés à la transformation et œuvrer pour la valorisation de la matière première locale ».

Selon l’étude d’analyse de la chaîne de valeur de l’ananas au Togo, la filière emploie plus de 3200 producteurs et génère plus de 6 milliards de FCFA de revenus par an dont 233 millions pour l’Etat. Elle contribue à l’amélioration de la balance commerciale nationale avec un excédent commercial de plus de 3,6 milliards de FCFA par an.