Posted on

(Société Civile Média) – L’Alliance Globale pour la Protection de l’Enfant et de la Femme (AGPEF-Togo) et l’Association Internationale des Femmes et Jeunes Leaders (AIFJL) veulent contribuer aux actions d’évaluation du Programme d’action de Beijing, 25 ans après la quatrième conférence mondiale sur les femmes tenue en Chine en septembre 1995. C’est dans ce cadre que les deux organisations lancent le « Projet de plaidoyer et d’implication des hommes dans la promotion du programme d’action de Beijing+25 ». Ce projet, qui va durer deux mois (Août-septembre 2020), entend évaluer les défis liés aux 12 domaines d’actions prioritaires du programme d’actions de Beijing pour un plaidoyer national à travers une action sensible au genre. Il cible des jeunes hommes leaders de diverses catégories socio-professionnelles notamment les web Activistes des droits de l’homme, hommes de média, entrepreneurs, défenseurs des droits de l’homme et enseignants.

Pour l’AGPEF-Togo et l’AIFJL, la commémoration des 25 ans de la Conférence de Pékin constitue pour les organisations de défense des droits de la Femme, les activistes et défenseurs de l’équité-Genre, l’opportunité de revoir les stratégies pour un plaidoyer à l’endroit des autorités compétentes. Les deux organisations entendent donc mener plusieurs actions dans ce sens.

A travers le « Projet de plaidoyer et d’implication des hommes dans la promotion du programme d’action de Beijing+25 », il s’agira d’impliquer 12 hommes leaders dans les actions de sensibilisation et de plaidoyer à travers l’initiative baptisée ‘Men forBeijing+25’.

Le projet va également contribuer à l’élaboration et à la publication de 12 affiches de plaidoyer sur les 12 domaines prioritaires du programme d’action de Beijing et rendre opérationnel un mécanisme d’échanges et de plaidoyer des Jeunes Hommes engagés pour les droits des femmes avec les leaders communautaires.

L’AGPEF-Togo et l’AIFJL entendent également, via cette initiative,  organiser au moins 10 émissions radio et télé sur les défis actuels liés à la Déclaration du programme d’action de Beijing+25 au Togo.

Plusieurs activités prévues

Au menu des activités planifiées, l’organisation d’une e-conférence sur Beijing+25.

« Cette rencontre d’échanges virtuelle et d’assimilation de la déclaration du programme d’actions de Beijing+25 sera organisée avec les Jeunes Hommes leaders identifiés. L’objectif est de leur présenter le programme, ses 12 domaines prioritaires et surtout de les outiller sur leur rôle et responsabilités dans la promotion du droit de la femme. Cette conférence sera une opportunité pour échanger sur les attentes de l’équipe de coordination et les raisons de leur implication dans la mise en œuvre dudit projet », explique Laure AMOUSSOU-AMANA, Directrice exécutive de l’AGPEF-Togo.

Autre activité prévue, des actions de plaidoyer, qui se feront à deux niveaux. D’abord via une campagne digitale de plaidoyer où les 12 Young Men identifiés participeront à une action de plaidoyer sur les réseaux sociaux.

« Ils identifieront chacun, un défi dans un domaine prioritaire donné. Leur proposition d’action de plaidoyer sera le message principal sur l’affiche qui sera élaborée à cet effet et partager sur les réseaux sociaux. Les leaders identifiés mettront leur réseau de jeunes et associations à contribution pour une large couverture », fait savoir Alice GOZA, présidente de l’AIFJL.

La deuxième action de plaidoyer consistera en l’organisation de 6 rencontres avec les leaders communautaires. Des rencontres (une au niveau de chaque région du Togo) au cours desquelles chaque jeune homme engagé organisera une séance de discussion avec les leaders communautaires de sa localité.

« Les échanges tourneront autour de techniques et mécanismes communautaires de règlements de conflits et violences basées sur le genre, les waouh stories ainsi que les défis rencontrés. Chaque jeune homme leader sera un modèle, une personne ressource et le relai de l’AGPEF-Togo et de l’AIFJL  sur la thématique dans sa communauté », précise Mlle GOZA d’après qui ce projet est entièrement financé sur fonds propres de l’AGPEF-Togo et de l’AIFJL, en collaboration avec des organisations de la société civile qui ont compris la nécessité d’inclure les hommes dans le processus d’évaluation du programme d’action de Beijing+25. Il s’agit de REFAMP, CICCA, REFED/S, WANEP-Togo, COFET, VED, FMC, ALERE YIKE.

La quatrième conférence mondiale sur les femmes s’est tenue sous l’égide de l’ONU à Pékin en Chine du 4 au 15 septembre 1995. Son programme d’action projette un monde où chaque femme et chaque fille peut exercer ses libertés et ses choix et connaître et comprendre tous ses droits, notamment le droit de vivre sans violence, le droit à l’éducation, le droit de participer à la prise de décision et le droit de recevoir un salaire égal pour un travail égal.

Abonnez-vous à notre newsletter pour avoir toutes nos publications