Posted on

(Société Civile Média) – La méthode ne plaît pas à certains qui parlent d’une fuite en avant de l’Etat. D’autres contestaient d’ailleurs le bilan chiffré dressé par le ministre Mustapha Mijiyawa en janvier dernier, deux ans et demi après la mise en place de la contractualisation des hôpitaux. Mais le gouvernement compte bien poursuivre ce projet lancé en juin 2017 pour « redorer le blason » des centres sanitaires publics du pays.

Cette fois, ce sont les hôpitaux d’Aného, de Bè, de Lomé commune, CHU Campus, de Tsévié, de Kpalimé, de Notsè et de Sotouboua qui ont été retenus pour cette approche contractuelle. Ainsi donc, un avis d’appel à manifestation d’intérêt a été émis le 28 février 2020 dans le quotidien national en vue du recrutement de sociétés contractantes pour la contractualisation de huit hôpitaux.

Cette approche, il faut le noter, a commencé avec les hôpitaux d’Atakpamé et Blitta en 2017 et s’est étendue en 2018 aux hôpitaux de Dapaong, Kara, Sokodé, au CMS de Siou et au CHU Sylvanus Olympio. Il a été mis en place avec le concours de la Banque mondiale.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications