Posted on

(Société Civile Média) – La Coordination des Organisations Féminines du Togo (COFET) a lancé, vendredi 22 mai à Lomé, une campagne d’information sur la Déclaration et le Programme d’action de Beijing, ainsi qu’une consultation nationale sur les avancées et défis liés à la réalisation des droits des femmes au Togo à l’orée de Beijing+25. L’objectif de cette campagne est de communiquer suffisamment sur la nécessité de réaliser les droits des femmes et de les évaluer au Togo 25 ans après la Conférence de Beijing, tenue en 1995. Le lancement a été couplé de la formation des moniteurs qui auront en charge le bon déroulement des activités de la campagne.    

La COFET ne veut pas rester en marge de la  grande conférence qui se tiendra 25 ans après celle de Beijing. Alors que s’annonce cette rencontre d’envergure qui servira à faire le point des actions en cours et à déterminer les avancées obtenues dans la réalisation des objectifs de Beijing, les organisations féminines du Togo, regroupées au sein de la COFET, se sentent interpeller. Elles souhaitent donc prendre leurs responsabilités afin de sensibiliser le grand public; de dresser le bilan concret du Togo en matière des droits et de l’autonomisation des femmes et filles; et d’aider l’Etat et les partenaires à avoir une meilleure lecture de la situation avant de se lancer dans de nouvelles formulations d’objectifs et de stratégies.

Mme HONKOU-LATE (à droite) lors de la cérémonie de lancement de la campagne

« A la COFET, il s’agit pour nous de faire le bilan, de voir ce qui a marché ou pas, ainsi que ce qui reste à faire afin de pouvoir proposer des actions pour améliorer le futur. Ce projet nous permet donc de faire une campagne sur les médias sociaux pour informer toute la population et les défenseurs des droits des femmes sur le contenu de ce Programme d’action de Beijing. Il s’agit de permettre à chacun de connaitre exactement le contenu de ce programme d’action afin de se prononcer sur ce que fait le Togo en matière de promotion des droit des femmes et du genre », explique Honorine HONKOU-LATE, Coordinatrice nationale de la COFET.

Comment se fera la campagne ?

La campagne d’informations se fera sur les réseaux sociaux (WhatsApp, Facebook, Instagram….), plus précisément via les plateformes d’écoute (pour les Togolais et les défenseurs des droits des femmes) qui y seront créées. Ces plateformes seront communiquées à travers les médias (Radios et Télévisions) et serviront de canal pour recueillir les appréciations du bilan des 25 ans de la feuille de route de Beijing. Elles seront également des occasions d’expression libre sur l’évolution des droits des femmes au Togo. Les interventions porteront aussi sur les attentes des femmes, des défenseures des droits des femmes et de tous les internautes pour la réalisation des droits des femmes au Togo.  

« A la lumière des propos recueillis auprès des internautes, la COFET formulera des recommandations à l’endroit des gouvernants, des décideurs et des partenaires sur les contours réels de l’égalité du genre et de l’autonomisation des femmes et filles au Togo », fait savoir Mme HONKOU-LATE.

Des moniteurs formés pour bien mener la campagne

Pour la bonne gestion des plateformes susmentionnées, des moniteurs ont été formés vendredi 22 mai à Lomé. En majorité des responsables d’organisations de défense des droits de la femme et associations membres de la COFET, ils ont été outillés sur le plan d’action de Beijing, comment gérer les plateformes et comment produire leurs différents rapports pour renseigner la COFET.

Vue partielle des moniteurs au cours de leur formation

« Nous aurons pour mission d’accompagner les utilisateurs des réseaux sociaux, les orienter, les guider et leur faire comprendre le bien-fondé de l’égalité-genre. Nous aurons à les amener à visiter les publications qui seront faites sur les réseaux sociaux en ce qui concerne le plan d’action de Beijing. Il s’agira également de les inciter à faire des recommandations et suggestions qui seront prises en compte dans les actions futures qui seront organisé dans le cadre de ce projet », indique Délali APEGNOWOU, monitrice et directrice de l’association FEDIA (Famille Engagée pour le Développement Inclusif en Afrique). 

La COFET, il faut le rappeler, est une plateforme regroupant des ONG, associations et réseaux de promotion de la femme. Elle a pour objectif de rendre visible les actions des organisations féminines et se veut un cadre de référence pour les organisations membres. Elle se donne pour mission de promouvoir les droits des femmes et rendre efficace les actions des organisations féminines de la société civile.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications