Posted on

(Société Civile Média) – S’inspirant du thème national retenu cette année pour la célébration de la Journée internationale des droits des femmes, l’Association Aide et Action à la Veuve, à l’Orphelin et à l’Enfant Déshérité (AAVOED) a initié samedi 14 mars une causerie-débat autour du thème « Engagement pour les droits de la femme, 1er acte de la dignité de la jeune fille ». Il s’est agi, par cette rencontre, d’envisager les pistes de réflexion dans la perspective de l’effectivité des droits de la femme et de l’égalité homme/femme au Togo.

L’une des missions que s’est assignée l’association AAVOED est d’aider la femme à une prise de conscience de sa place dans la société,  de la sensibiliser sur ses droits et devoirs, de  partager avec elles toutes les opportunités disponibles pour son autonomisation, et surtout de l’aider à oser sa réussite à tous points de vue. C’est dans ce cadre que s’inscrit cette causerie-débat qui a regroupé de jeunes étudiantes dans le but de partager avec elles toutes les dispositions qui sont prises afin de leur permettre de jouir de leurs droits.

Table d’honneur de la rencontre

« Acquérir des droits est bien, se les approprier et les exercer est encore meilleur. Tous les jours, plusieurs femmes  et surtout les jeunes filles continuent d’être, victimes d’humiliations, de privations de leurs droits, de harcèlements, de viols, de violences, de traitements inhumains et dégradants, perpétrés au nom des traditions ou des lois injustes. Il faut à un moment donné les pousser à sortir de ce schéma par la volonté de réussir au même titre que les hommes », explique Abougnima MOLGAH KADJAKA, président d’AAVOED.

D’après Mme MOLGAH KADJAKA, pour parvenir à l’égalité homme/femme, la femme doit prendre la résolution de s’engager et décider pour sa vie, s’éveiller à ses droits et devoirs et les exercer et non s’orienter selon le désir des autres.

« Une femmes qui aspire à faire de longues études a besoin d’être forte dans la tête, d’être prête à affronter les obstacles qui se dressent devant elle dans le monde du travail pour s’affirmer de la même manière que les hommes », souligne la présidente d’AAVOED.

Aussi, pour avoir la volonté de réussir, les jeunes filles se doivent d’avoir des modèles à suivre. La rencontre leur a donc permis d’échanger avec Stella BAGNAH-GAMON, Directrice de la banque assurance du groupe Ecobank. Mme BAGNAH-GAMON leur a parlé de son cursus scolaire et surtout de son parcours en tant que femme dans le monde de la finance.

« Côtoyer des femmes leaders, les écouter, partager leurs expériences, a un impact sur l’accomplissement de la jeune fille. Nous devons les aider à faire un choix, à se positionner pour leur avenir. Les échanges de cet après-midi nous ont permis de comprendre que les jeunes filles ont des attentes mais pas l’écoute. Il nous faut désormais leur consacrer un peu de notre temps, être attentives et œuvrer auprès de nos jeunes sœurs et filles pour les aider à aller de l’avant », a indiqué Stella BAGNAH-GAMON.

Vue partielle des participants à la rencontre

Cette année, la communauté internationale a célébré la Journée internationale des droits des femmes sous le thème « Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes  ». Le Togo a pour sa part retenu le thème « femme togolaise à l’aune de Beijing + 25 : Bilan et perspective », afin de faire le point sur la situation de la femme togolaise, identifier de nouvelles stratégies pour parvenir à l’égalité effective homme/femme.