Posted on

(Société Civile Média) – Programme de la Commission européenne, ERASMUS+ existe depuis un bon moment mais est très peu connu de la jeunesse africaine en général et des jeunes togolais en particulier. Pour sa première édition de l’année 2020, le projet ‘WE  AfriHug’, piloté par l’association grecque ‘Youthmakers Hub’ a décidé de se focaliser dessus. En collaboration avec l’Association pour la Culture, l’Education et le Tourisme au Togo (ACET Togo), elle organise un séminaire de formation à cet effet depuis lundi 17 février, dans la capitale togolaise.

Prévue pour 4 jours (17 au 20 février), la rencontre réunit des animateurs de jeunesse des OSC ainsi que des étudiants et personnel académique. Elle se situe dans le cadre de la mise en œuvre du projet ‘WE  AfriHug’ qui vise le rapprochement de l’Afrique et de l’Europe en établissant des liens solides entre les Etablissements d’enseignement supérieurs africains et européens et les Organisations de la société civile. Ce projet vise également à responsabiliser les jeunes à travers le renforcement de leurs capacités.

Ainsi donc, cette formation entend promouvoir les opportunités ERASMUS+ auprès des établissements d’enseignement supérieur et des OSC du Togo.

Le programme ERASMUS+, qu’est-ce que c’est ?

Programme de la Commission européenne pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport, ERASMUS+ vise à soutenir des actions dans les domaines de l’enseignement, de la formation, de la jeunesse et du sport pour la période 2014-2020. Il soutient financièrement une large gamme d’actions et d’activités dans les domaines de l’enseignement, de la formation, de la jeunesse et du sport.

Le programme vise à donner aux étudiants, aux stagiaires, au personnel et d’une manière générale aux jeunes de moins de 30 ans avec ou sans diplôme, la possibilité de séjourner à l’étranger pour renforcer leurs compétences et accroître leur employabilité. Il aide les organisations à travailler dans le cadre de partenariats internationaux et à partager les pratiques innovantes dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse. ERASMUS+ comporte également une importante dimension internationale notamment dans le domaine de l’enseignement supérieur. Cette dimension permet d’ouvrir le programme à des activités de coopération institutionnelle, de mobilité des jeunes et du personnel et ce, au niveau mondial.

Pour l’ONG Youthmakers Hub, il s’agira, au cours de cette formation, de donner aux participants toutes les informations pouvant leur permettre de cerner les aspects du projet ERASMUS+ dans sa globalité et de les informer sur les opportunités de mobilité et de partenariat de l’UE. Les participants seront également entretenus sur le projet ‘WE  AfriHug’ et sur comment rédiger et bien gérer un projet ERASMUS, et comment arriver à écrire un projet solide pour avoir de bons financements avec Erasmus. Les participants apprendront par ailleurs comment faire un appel de fonds sur les projets et comment travailler sur les capacités personnelles à développer. Ils auront des notions sur l’entrepreneuriat et la création d’une bonne communication sociale.

Séance de prise de contact entre les participants à la formation

« L’éducation est quelque chose de très important. Et je crois au talent de la jeunesse africaine qui n’attend que d’avoir des opportunités pour le démontrer. J’ai passé beaucoup de temps en Afrique. Et cela m’a permis de me rendre compte que ce continent regorge de beaucoup de talents et beaucoup de potentiels. Il s’agit maintenant d’amener cette jeunesse à développer ce potentiel et à s’en servir au-delà des frontières africaines. Voilà les raisons qui nous ont conduit à initier cette formation qui vise à donner plus d’informations et donc plus d’opportunités à la jeunesse africaine pour lui permettre d’aller de l’avant », explique Konstantinos MARAGKOS, premier responsable de l’association Youthmakers Hub.

Pour Kossi K. Béné AGBEKO, Coordinateur et co-fondateur de l’association ACET-Togo, cette formation est la bienvenue dans la mesure où beaucoup d’associations togolaises ignorent l’existence du projet Erasmus+.

« Grâce à Erasmus+, j’étais en conférence en Grèce et j’ai rencontré Marilena MARAGKOU, la sœur de Konstantinos. C’est de nos échanges que l’idée est venue de tisser un lien de partenariat entre nos deux associations pour promouvoir ce programme au Togo. Nous n’avons donc pas voulu le garder pour nous. L’objectif de cette formation, que nous initions en collaboration avec l’association Youthmakers Hub, est de permettre aux autres associations de bénéficier des bienfaits d’Erasmus+ », indique M. AGBEKO.

A l’issue de la formation, des protocoles d’accord devraient être signés et des collaborations entre les universités africaines et européennes devraient commencer afin de contribuer à la coopération et à la mobilité entre l’Afrique et l’Europe dans les années à venir.

Vue partielle des participants au cours de la formation

 

Bref aperçu sur les associations ACET Togo et Youthmakers Hub

Créée par un groupe de jeunes Togolais, ACET-TOGO a pour but d’améliorer les conditions de vie des jeunes, des enfants démunis et/ou orphelins dans le domaine de la culture, l’éducation, la santé, l’environnement, le tourisme et de loisirs en vue d’assurer le développement humain et durable du pays. Il se fixe pour objectif entre autres de sortir la jeunesse de la drogue et de la délinquance juvénile ; de réinsérer la jeunesse délinquante dans la société ; d’aider la jeunesse à une prise de conscience pour mener une vie exemplaire dans la société.

Organisation de la société civile établie à Athènes en Grèce, Youthmakers Hub estime qu’il faut investir dans la jeunesse parce que l’avenir appartient aux jeunes. L’association offre donc une panoplie de services aux établissement d’enseignement supérieur, aux OSC et aux individus avec pour objectif de fournir des opportunités d’éducation et de mobilité aux jeunes et les aider à devenir des agents de changement de demain.