Posted on

(Société Civile Média) – Au Togo, des organisations communautaires de base (OCB) se professionnalisent pour mieux jouer leur partition dans la prévention et la résolution des conflits, et dans la protection des droits humains. Depuis le 24 août, elles s’approprient le mécanisme d’alerte précoce de WANEP-Togo grâce à six ateliers régionaux de deux jours organisés à leur intention. L’accent est mis cette fois sur leur contribution de qualité à ce mécanisme.

Ces ateliers, qui se tiennent du 24 au 28 août, se situent dans le cadre du projet « Renforcement des Capacités Nationales et Communautaires de Prévention des Conflits et Violences et de la Protection des Droits de l’Homme au Togo », mis en œuvre avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).  Elles interviennent conformément à la sous-action « Accompagnement et professionnalisme des OCB dans la prévention des conflits, des violences et dans la protection des droits humains ».

Table d’honneur lors de l’ouverture de l’atelier de Lomé

Organisés à l’intention des membres des bureaux des Comités régionaux pour la paix et la sécurité de WANEP-Togo, des moniteurs communautaires du mécanisme d’alerte précoce et des acteurs non-membres des bureaux, ces rencontres visent à coacher les participants et à les doter de moyens nécessaires dans leur mission de veille pour la prévention et la résolution pacifique des conflits et pour la protection des droits humains dans leurs communautés.

Les ateliers, qui se tiennent à Lomé, Tsévié, Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong,  seront également l’occasion d’une part de renforcer techniquement le mécanisme d’alerte précoce de WANEP-Togo, et d’autre part d’impliquer activement les participants pour une meilleure prévention des conflits et la protection des droits humains au niveau communautaire et national au regard des défis de l’heure.

Vue partielle des participants à la rencontre

« En 2019, nous avons organisé des fora régionaux qui nous ont permis d’identifier des conflits et des recommandations ont été formulées à cet effet. Pour cette année, il s’agit de voir un peu ce qui a été réalisé dans le cadre de la mise en œuvre de ces recommandations. Au cours de la rencontre, les conclusions et recommandations ainsi que les défis sécuritaires notés dans chaque région lors des fora tenus en octobre 2019 seront présentées. Ces défis seront actualisés. A l’issue de la session, un plan d’action sera élaboré par un comité élu. Un conflit sera identifié dans chaque communauté, nous allons travailler dessus sur quatre mois et voir quels résultats nous pouvons obtenir à la fin de la mise en œuvre de ce plan d’action », explique Mandela DJAHO, responsable des programmes à WANEP-Togo.

120 acteurs, repartis sur toute l’étendue du territoire, bénéficient de cette activité en raison de 20 participants par atelier.

A noter que le système d’alerte précoce de WANEP Togo prend en compte non seulement les questions politiques, mais aussi celles liées à l’environnement, au social, à l’économie et bien d’autres domaines, bref tout problème qui peut affecter la sécurité humaine.