Posted on

(Société Civile Média) – Leur mission consiste à veiller au respect des mesures de lutte contre le Covid-19. Toutefois, ce travail doit se faire dans le respect des droits fondamentaux du citoyen lambda. C’est ce que la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a tenu à rappeler à une soixantaine d’agents de la Force Sécurité Anti Pandémie (FOSAP) de la partie septentrionale du pays au cours d’une formation organisée à leur intention sur les libertés individuelles et collectives en période d’état d’urgence sanitaire.

Organisée vendredi 11 septembre à Kara (414 km au nord de Lomé), cette rencontre était axée sur le thème « Respect des libertés individuelles et collectives en période d’état d’urgence sanitaire ». Elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de protection des droits de l’Homme au Togo.

L’instauration de l’état d’urgence pouvant entraîner des violations de certains droits de l’Homme, entre autres, la liberté de manifestation, de religion et d’expression, cet atelier de formation avait pour objectif de renforcer les compétences des agents invités sur la problématique de la jouissance des libertés publiques dans l’exercice de leur mission régalienne.

« La recherche et le maintien d’un équilibre entre la liberté de nos citoyens et notre sécurité à tous doit être au cœur du droit et de la doctrine qui encadrent l’intervention de nos forces de l’ordre », estime Nakpa Polo, présidente de la CNDH.

L’atelier a donc été l’occasion d’outiller les participants sur la nécessité de concilier la mise  en œuvre des mesures prises par le gouvernement dans la dynamique de lutte contre le coronavirus en lien avec les exigences des droits fondamentaux des citoyens togolais. Les agents de la FOSAP ont été édifiés sur l’exercice des libertés individuelles et collectives en période d’état d’urgence sanitaire ainsi que la nature des relations que doit entretenir l’agent de sécurité avec la communauté. Ils ont également été mis au courant des sanctions qu’ils encourent en cas d’infraction.

« Vous devez désormais traiter les citoyens avec égard en matière de la jouissance de leurs droits dans la règle de l’art », a lancé Mme Polo à l’endroit des agents.