Posted on

(Société Civile Média) – Cache-nez au niveau du menton ou encore non-respect de la distanciation sociale, le relâchement dans l’observation des mesures barrières est devenu une habitude au marché d’Agbadahonou à Lomé. Des comportements qui déplaisent à l’association Solidarité pour l’Epanouissement des Femmes Commerçantes du Togo (SEFECTO) qui a tenu à recadrer ses membres lors de leur rencontre mensuel tenue mardi 11 août 2020.

Ce fut à travers  une sensibilisation appuyée par le ministère en charge de la promotion de la femme. Une rencontre au cours de laquelle un rappel a été fait aux commerçantes et revendeuses de ce marché sur l’importance du lavage des mains et du port des bavettes.

« Il y a eu un relâchement dans l’observance des mesures barrières ces derniers temps. Mettre les cache-nez au niveau du menton en pleine discussion est devenu une habitude dans nos marchés. C’est une pratique dangereuse que nous devons abandonner si nous voulons vraiment dire stop au Covid-19 », prévient Aflimba JOHNSON COMLAN CATARIA, présidente de SEFECTO.

D’après cette dernière, le rappel à l’ordre du ministère constitue un gros appui, même si les premières responsables de l’association n’ont jamais cessé de sensibiliser les femmes.

Vue partielle des participantes à la séance

« Nous avons échangé avec les femmes sur les comportements à adopter au cours de leurs activités. La maladie est toujours présente et circule, même si certains pensent le contraire. Ainsi donc, le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement est toujours d’actualité », a fait savoir Julienne MELESSIKE, représentante du ministère de la Promotion de la femme.

Faisant d’une pierre deux coups, Mme MELESSIKE a profité de cette rencontre mensuelle de SEFECTO pour parler aux commerçantes de la Journée de la femme africaine, commémorée le 31 juillet dernier. Les discussions étaient axées sur le thème « l’unité dans la diversité pour lutter contre le racisme et le Covid-19 en faveur de l’autonomisation des femmes ».

Pour Mme MELESSIKE, la femme commerçante fait partie intégrante des activités du ministère de la promotion de la femme. « Nous mettons un accent particulier sur le bien-être des femmes qui sont mères, éducatrices et reproductrices. C’est pourquoi à chaque fois que l’opportunité se présente, nous serons à leurs côtés pour les sensibiliser et les former », a-t-elle conclu.

Jean de Dieu SOVON

Abonnez-vous à notre newsletter pour avoir toutes nos publications