Posted on

(Société Civile Média) – Le ministère de l’environnement, du Développement Durable et de la Protection de la Nature, s’engage pour la sécurisation de l’écosystème environnemental togolais. A travers « le projet de Reboisement et de Restauration des Paysages Forestiers dans les préfectures du Togo», ce département ministériel entend procéder à la restauration de plusieurs centaines de milliers d’hectares de paysages déboisés et dégradés.

C’est par la mis en terre de 1635 plants de « khaya sénégalais » dans la commune Agoè-Nyivé 4 (préfecture d’Agoè-Nyivé) que le projet a été officiellement lancé le 28 août dernier.

Ce projet, qui se veut très ambitieux, vise la restauration de 1,4 millions d’hectares de paysages déboisés et dégradés à l’horizon 2030 à travers la mise en place des aménagements participatifs orientés vers l’entrepreneurriat vert.

« La forêt joue un rôle prépondérant dans les changements climatiques et contribue de façon substantielle au développement  économique aussi bien en milieu rural qu’urbain », a précisé le Col. Hodabalo Awaté, préfet d’Agoè-Nyivé.

Pour l’année 2020, il est prévu la restauration de 35.000 hectares répartis sur toute l’étendue du territoire nationale, dont 10.000 hectares de nouvelles surfaces plantées ; 5000 hectares  d’agro-forêts et 20.000 hectares d’enrichissement. Le projet produira aussi 17.500.000 plants dont 15.000.000 pour le reboisement en plein, 500.000 pour l’agroforestier et 200.000 pour l’enrichissement.

Une projection pour laquelle le préfet invite les élus locaux, les chefs traditionnels et tous les leaders communautaires à s’employer davantage à planter dans chaque concession des arbres ; à créer et à protéger les forêts urbains, périurbains et villageoises pour conférer aux villes et villages un caractère écologique durable.

 « Les arbres  contribuent aussi à atténuer la pollution sonore émanant du bruit des engins roulants et des industries de proximité », a souligné le maire de la commune Agoè-Nyivé 4, Adamou Abdoulaye, tout en exhortant la population à prendre soins des plants et à éviter la déforestation.

Ce projet, faut-il le rappeler, s’inscrit dans la mise en œuvre du Plan national de développement (PND, 2018-2022) à son axe 3, effet 12.