Posted on

(Société Civile Média) – L’initiative est dénommée « Action solidarité citoyenne. N’oublions pas les victimes ». Portée par 7 organisations de la société civile, elle a été lancée mercredi 15 juillet à Lomé et entend amener les autorités togolaises à prendre des engagements fermes sur le respect des droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité.

Amnesty international Togo, Collectif des Associations de lutte contre l’Impunité au Togo (CACIT), le Front Citoyen Togo Debout (FCTD), la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), le Mouvement la patrie d’abord, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) et Novation internationale sont les organisations à l’origine de cette initiative.

Pour ces organisations, « l’inaction constante des autorités togolaises face aux violations et atteintes aux droits humains est l’une des raisons à l’origine de la spirale de violences qui sévit dans le pays ». Estimant que « le gouvernement du Togo ne respecte pas son obligation juridique d’enquêter sur les violations du droit international humanitaire et du droit  international  relatif  aux  droits  humains, de poursuivre les personnes suspectées de tels actes et de sanctionner ceux qui sont reconnus coupables », les 7 OSC en concluent que « ces manquements privent les victimes de  leur droit à la vérité, à la justice et aux réparations ».

Ainsi donc, l’initiative « Action solidarité citoyenne. N’oublions pas les victimes » a pour objectif de renforcer ou encourager le débat sur les violations des droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité au Togo ; amener les autorités togolaises à prendre des engagements fermes sur le respect des droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité ; susciter  plus  d’intérêt  auprès  des  autorités  sur  la  question  des  réparations  des préjudices  subis  par  les  victimes  de  torture  tout  en  respectant  le  principe  de séparation des pouvoirs.

L’initiative entend également obtenir  l’appui  des  partenaires  du  Togo  sur  le  respect  des  droits  de l’Homme et le renforcement de l’Etat de droit.

Pour  atteindre  ces  objectifs,  les  organisations  de  la  société  civile  membres  du  groupe entendent s’appuyer sur trois moyens d’actions. D’abord mener des campagnes de sensibilisation, ensuite mener le plaidoyer et enfin témoigner aux familles des victimes la compassion de la société civile par des actes de solidarité.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications