Posted on

(Société Civile Média) – « Battez-vous pour elles comme vous le faites pour vos filles, sœurs, épouses et mères » ! A WANEP-Togo, la commémoration, ce 31 juillet, de la Journée internationale de la femme africaine, a été l’occasion d’interpeller les chefs d’Etat africains sur la situation de la femme sur le continent.

Tout en appelant les 54 présidents africains à des actions de qualité en faveur d’une meilleure protection des droits des femmes et des filles, Da-do Nora NOVIEKOU-AMEDZENU, coordinatrice nationale de Wanep-Togo, estime que la JIFA doit devenir véritablement un moment de bilan, de leçons apprises, et de prises de dispositions concrètes afin que les droits de la femme et de la jeune fille soient davantage garantis pour toutes.

« Une nation où le droit humain est relégué au second plan est une nation en danger. Les droits humains ne sont pas un luxe mais une nécessité. Gouvernez utile !  », lance Mme NOVIEKOU-AMEDZENU à l’endroit des chefs d’Etat africains.

WANEP-Togo, il faut le rappeler, est la branche togolaise du West Africa Network for Peacebuilding (en français « Réseau Ouest-Africain pour l’Edification de la Paix »). C’est un réseau d’éducation à la paix, à la non-violence, à la prévention et à la gestion des conflits qui se penche également sur les questions relatives à la sécurité humaine.

La Journée internationale de la femme africaine appelée aussi Journée panafricaine des femmes est célébrée le 31 juillet de chaque année en guise de reconnaissance aux contributions et réalisations des femmes africaines au développement et à la libération de l’Afrique. Elle offre aux Africaines un cadre d’échanges avec leurs gouvernements sur les contraintes majeures à leur bien-être et au développement du continent.

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications