Posted on

(Société Civile Média) – Isabelle Manavi AMEGANVI est très connue dans l’arène politique togolais. Elle est responsable de l’un des plus grands partis politiques de l’opposition togolaise. Avec hargne, témérité et détermination, cette femme politique s’est engagée depuis plusieurs années déjà dans la lutte pour la naissance d’un Togo nouveau.

Isabelle AMEGANVI, c’est l’image d’une femme audacieuse et intrépide. Isabelle AMEGANVI pense que cette témérité qu’elle incarne trouve son origine d’un fait de société qui l’a toujours révoltée : l’injustice.

Quand en a t- elle pris conscience ? Isabelle AMEGANVI ne le sait pas mais cette femme de 58 ans pense que cette révolte enfouie a toujours guidé ses choix de vie et mené dans sa carrière d’avocate.

Etudes secondaires entamées au Lycée de Tokoin de Lomé, la jeune femme rejoint sa sœur à Paris. C’est là qu’elle obtient son Bac au Lycée Jean Baptiste Say puis elle débute ses études universitaires en Droit à l’Université Paris I. Mais la vie occidentale, Isabelle AMEGANVI l’avoue, ne lui sied pas. Elle rebrousse alors chemin et rentre s’inscrire à l’Université du Benin en 1986 (Actuel Université de Lomé). Où elle obtint la licence en Droit (options carrières judiciaires) en 1989 . Un an plus tard, une Maîtrise en Sciences juridiques en poche, Isabelle AMEGANVI obtint ensuite le Certificat d’aptitude au stage du Barreau et prête serment en octobre 1994 comme avocate. Elle effectue ensuite des stages de perfectionnement à l’école de formation des Barreaux de Paris et de Colmar en France.

La jeune avocate est désormais prête à se lancer sur le plan professionnel…et à fond dans ce qu’elle a toujours voulu faire : combattre l’injustice.

Inscrite en février 1997 au grand tableau de l’Ordre des avocats du Togo, Isabelle Améganvi exerce comme avocate à la Cour et , elle s’occupe aussi , à titre bénévole, de la défense d’étudiants, de détenus politiques, de journalistes, de syndicalistes et autres militants des droits humains. Elle poursuit ainsi un cheminement entamé au sein de la ligue togolaise de droits de l’homme (LTDH) au sein de laquelle elle a travaillé entre 1990 à 1994.

Le parcours politique

Les années 90 marquent une page importante de l’histoire nationale la conférence nationale souveraine. En tant que jeune avocate nouvellement diplômée Isabelle AMEGANVI est engagée comme Responsable du pouls secrétariat de la conférence souveraine nationale, (environ 20 étudiants recrutés constituaient la section). « Notre mission était d’enregistrer les interventions, consigner les notes, rédiger les rapports, etc. En prenant connaissance à travers ce travail de tout ce qui s’est perpétré contre des togolais dans l’histoire politique du Togo, ma hargne contre l’injustice est montée d’un cran. J’étais plus révoltée, plus déterminée à changer les choses », confie Isabelle.

Le parti politique IDS dont elle est Membre fondatrice est ainsi créé. Pour optimiser ses actions, le parti se joint à d’autres partis pour créer en 1995, l’Union des Forces du Changement (UFC) dont elle a été Secrétaire général adjoint puis 3e Vice-président jusqu’en 2010.
Pendant 5 ans, ce parti a constitué le plus parti d’opposition au Togo. Sa mission : lutter pour apporter un changement dans le système politique d’alors au Togo.

Un nouveau cheminement

En 2010, les choses basculent, l’UFC signe un accord avec le gouvernement togolais. Tous les membres ne sont pas contents. Le parti s’effrite et certains cadres du parti parmi lesquels Dame AMEGANVI se mettent ensemble pour créer le 10 octobre 2010 l’Alliance Nationale pour le Changement dont elle est la 1ere vice présidente.

Élue une première fois députée à l’Assemblée nationale du Togo en 2007 sous la bannière de l’Union des forces de changement (UFC), elle a été arbitrairement exclue en 2010 à la suite de la crise qui a affecté l’UFC. Elle a été réélue députée à l’issue des élections législatives du 25 juillet 2013 et a présidé le groupe parlementaire ANC-ADDI à l’assemblée nationale.

Depuis les dernières législatives du 20 décembre 2018 au Togo, Isabelle AMEGANVI ainsi que d’autres députés de l’opposition ne sont plus à l’assemblée nationale togolaise. Mais Isabelle n’en démord pas, au sein ou hors de l’hémicycle elle va poursuivre la lutte qui , elle le reconnait, n’a pas encore abouti. « Il ne faut pas croire que c’est toujours aisé. Ce combat qu’on a choisi de mener nous fait faire beaucoup de sacrifices, notre vie privée est sacrifiée, votre vie professionnelle en est affectée, tout est question de détermination et nous n’allons pas abandonner », soutient cette célibataire, mère d’une fille.

Isabelle AMEGANVI, est tenace. Galvanisée par ses principes de vie, la rigueur, l’abnégation et la persévérance, elle reste convaincue qu’elle ne renoncera pas de si tôt. Pour elle, la femme africaine et togolaise ne peut se faire respecter que par l’engagement, la détermination et le travail.

Edem PEDANOU (Portrait réalisé dans le cadre du projet « Egbenana » du Pro-CEMA)

Abonnez-vous à  notre newsletter pour avoir toutes nos publications