Posted on

(Société Civile Média) – Beaucoup en ont entendu parler ces derniers jours grâce à l’appui que les dirigeants du G7 ont décidé de lui apporter. Il s’agit de l’initiative AFAWA (Affirmative Finance Action for Women in Africa) destinée à favoriser l’accès des femmes au financement en Afrique. Elle vise notamment à combler le déficit de financement qui affecte les femmes en Afrique, estimé à 42 milliards de dollars. Pourquoi une telle initiative ? Que fait AFAWA ? Allons à la découverte de cette initiative portée par la Banque Africaine de Développement.

Pourquoi AFAWA ?

Parce que les femmes sont un pilier de l’économie africaine. Le continent africain affiche le pourcentage le plus élevé de femmes entrepreneures au monde. Selon le rapport 2016/17 du Global Entrepreneurship Monitor (GEM), le taux d’entrepreneuriat féminin en Afrique subsaharienne atteint 25,9 % de la population féminine adulte, ce qui signifie qu’en Afrique, une femme sur quatre lance ou gère une entreprise.

Parce que les femmes réinvestissent jusqu’à 90 % de leurs revenus dans l’éducation, la santé et l’alimentation de leur famille et de leur communauté, contre 40 % au maximum pour les hommes. Autrement dit, investir dans les entreprises détenues ou gérées par des femmes peut transformer les sociétés.

Parce que les femmes entrepreneures se heurtent à de multiples obstacles pour accéder aux financements, avec un déficit estimé à 42 milliards de dollars sur l’ensemble des chaines de valeur – dont 15,6 milliards de dollars dans le seul secteur de l’agriculture. Entre autres défis, figurent :
Le financement – Octroyer des prêts aux femmes est perçu comme plus risqué, entraînant des taux d’intérêt prohibitifs. De plus, les femmes manquent souvent de garanties bancaires traditionnelles.

Les capacités – Les institutions financières manquent des capacités pour comprendre les femmes entrepreneures et répondre à leurs besoins de façon adéquate. Et les femmes entrepreneures manquent, quant à elles, de capacités en finance et gestion d’entreprise pour répondre aux exigences des institutions financières.

L’environnement des affaires – Dans de nombreux pays, les cadres légaux et réglementaires freinent la pleine participation des femmes dans la croissance du secteur privé.

L’approche d’AFAWA s’attaque au fossé existant entre femmes et hommes en matière d’accès au financement et libère la capacité entrepreneuriale des femmes en Afrique.

Que fait AFAWA ?

AFAWA adopte une approche holistique à travers trois volets.

AFAWA – Financements : AFAWA s’appuie sur les divers instruments financiers de la Banque africaine de développement et propose deux solutions novatrices pour transformer radicalement le paysage bancaire et financier en Afrique, et inciter à octroyer des prêts aux femmes :

– un instrument de partage des risques doté de 300 millions de dollars, à même de débloquer 3 milliards de dollars de crédit en faveur d’entreprises détenues et/ou dirigées par des femmes en Afrique. Ce mécanisme s’appuie sur le réseau existant de banques commerciales et d’organismes de microfinance, afin de créer un changement structurel et un impact durable pour les femmes.

– un système de notation pour évaluer les institutions financières, qui se fonde sur la proportion et la qualité des prêts que celles-ci octroient aux femmes, ainsi que sur leur impact socioéconomique. Les institutions les plus performantes se verront récompensées par des modalités de financement préférentielles accordées par la Banque africaine de développement.

AFAWA-Assistance technique : AFAWA prodigue des services de conseil aux institutions financières pour garantir une mise en œuvre optimale de leurs portefeuilles de produits destinés aux femmes. Et renforce les capacités des femmes entrepreneures avec des formations visant à améliorer la productivité et la croissance de leurs entreprises respectives.

AFAWA-Environnements des affaires : AFAWA nourrit un dialogue avec les gouvernements africains et d’autres parties prenantes clés pour soutenir les réformes juridiques, politiques et réglementaires en faveur des femmes entrepreneures, et éliminer les obstacles structurels auxquels elles sont confrontées.

Faits saillants 

AFAWA-Finance : en 2018, la Banque africaine de développement a octroyé aux femmes plus de 50 millions de dollars en lignes de crédit, via des institutions financières telles que Fidelity Bank et Kenya Commercial Bank. Elle est également un investisseur d’ancrage à hauteur de 12,5 millions de dollars dans Alitheia IDF Managers (AIM), le premier fonds d’investissement privé en son genre, dirigé par des femmes gestionnaires de fonds expérimentées et qui investit dans des PME à forte croissance détenues et dirigées par des femmes en Afrique. AIM, qui cible dix pays d’Afrique australe et d’Afrique de l’Ouest, entend mobiliser 100 millions de dollars.

AFAWA-Assistance technique : en 2018, AFAWA a fourni une assistance technique à plusieurs banques et s’est associée à Entreprenarium Foundation pour former 1 000 femmes entrepreneures à travers le continent au développement du modèle d’affaires et à la planification financière.

AFAWA-Environnement des affaires : AFAWA a noué un dialogue politique avec les banques centrales et les entités gouvernementales de divers pays africains. En outre, une plateforme numérique baptisée « 50 millions de femmes africaines ont la parole » est en cours de développement pour connecter entre elles les femmes entrepreneures de tout le continent.