Posted on

(Société Civile Média) – 251 millions de dollars soit plus de 148 milliards de Fcfa, c’est la somme accordée par les chefs d’Etats du G7 sous forme de prêt à l’initiative AFAWA (Action positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique) portée par la Banque africaine de développement (BAD) en faveur de l’entrepreneuriat féminin en Afrique.

AFAWA est un mécanisme de partage de risques, qui offre « une solution concrète aux engagements internationaux et une réponse directe à l’appel lancé par les femmes pour débloquer l’accès au financement ».

Ce mécanisme de financement pour l’autonomisation économique des femmes sur le continent, a été adopté lors du Sommet des chefs d’État de l’Union africaine (UA) en janvier 2015 et assigné à la Banque africaine de développement (BAD) pour sa mise en œuvre.

Invitée au point de presse en tant qu’ambassadrice du programme, Angélique Kidjo s’est réjouie de cette décision des dirigeants du G7.
« Les femmes africaines sont la colonne vertébrale du continent. Je suis heureuse de porter leur voix ici, au G7. L’initiative AFAWA est déterminante pour notre continent », a plaidé l’artiste béninoise.

«Aujourd’hui, les femmes détiennent plus de 30% des PME en Afrique, mais il existe un déficit de financement de 42 milliards de dollars entre les femmes et les hommes entrepreneurs. Ce déficit doit être comblé, et vite», a indiqué de son côté le président de la BAD, Adesina Akinwumi, tout en saluant le «soutien extraordinaire de tous les chefs d’Etat et de gouvernement du G7, permettant de donner un élan formidable» au programme AFAWA.

Le programme AFAWA vise premièrement à améliorer l’accès des femmes au financement, et deuxièmement à favoriser la prestation de services de renforcement des capacités aux femmes entrepreneurs, y compris l’accès à des cours de mentorat.