Togo-ROGEP: Atteindre les objectifs de la CEDEAO en matière d’énergies renouvelables pour 2020 et 2030

(Société Civile Média) –  C’est l’un des objectifs du Projet régional d’électrification hors réseau (ROGEP) : aider à atteindre les objectifs de la CEDEAO en matière d’énergies renouvelables pour 2020 et 2030. Il s’agira plus précisément d’augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique global de la région à 10% en 2020 et 19% en 2030 et par extension à quatre autres pays à savoir le Tchad, le Cameroun, la Mauritanie et la République centrafricaine.

La phase de mise en œuvre du projet ROGEP a été officiellement lancée à Lomé en fin de semaine en présence d’experts et partenaires techniques et financiers, venus des 15 pays de la CEDEAO ainsi que du Tchad, du Cameroun, de la Mauritanie et de la République centrafricaine. Le projet ROGEP, dont le budget total est estimé à 200 millions de dollars américains, vise à accroître l’accès à l’électricité en Afrique de l’Ouest et dans la région du Sahel à travers le déploiement de systèmes solaires autonomes (lampes solaires, systèmes solaires domestiques, pompes à eau solaires, moulins solaires, machines à coudre solaires, etc.).

Le projet comprend deux (02) composantes. La première consiste à développer un marché régional par des activités d’assistance technique et améliorer l’écosystème du marché hors réseau. Quant à la deuxième composante, elle entend faciliter l’accès au financement pour les entreprises de système solaires autonomes.

ROGEP

Au cours des travaux de la troisième conférence régionale du ROGEP, les parties prenantes ont présenté divers sujets sur le secteur hors réseau dans la région. Les points saillants d’une évaluation du marché réalisée lors de la préparation du projet ont été présentés et délibérés. Les panélistes ont également partagé leurs points de vue sur le secteur, les défis et les développements ainsi que sur le rôle du financement dans l’amélioration de l’accès des consommateurs à l’énergie. D’autres domaines tels que l’utilisation de l’électricité pour la production, l’électrification des institutions publiques et le rôle des secteurs privé et public ont été présentés.

En tant qu’un de ses partenaires financier, la Banque mondiale accompagne le projet ROGEP. Elle a déjà signé, en mars dernier, un partenariat de financement avec le CEREEC (Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de la CEDEAO) pour sa mise en œuvre.
D’après Hawa Cissé, Représentante résidente de l’institution au Togo, la Banque Mondiale a approuvé 150 millions de dollars pour soutenir le ROGEP. La Banque ouest africaine de développement (BOAD) va bientôt lui emboîter le pas grâce à sa coopération avec la Banque le Fonds pour les technologies propres (FTP).

Pour rappel, le projet couvre 19 pays : le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigeria, la Sierra Leone, le Sénégal, le Togo, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Tchad et la Mauritanie.