Togo-Présidentielles de 2020 : Au WANEP, plutôt prévenir que guérir !

(Société Civile Média) – Les prochaines élections présidentielles sont prévues pour début 2020. Mais au Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix (WANEP), on prend des mesures pour éviter tout risque de débordement et de violence.

C’est ainsi qu’a été lancé le 30 octobre dernier le Groupe national de réponse électorale, une plate-forme d’acteurs clés, étatiques et non étatiques, qui contribuera à atténuer les risques et menaces de violences identifiés au cours du processus électoral par des recommandations et réponses possibles. Une initiative qui s’explique par la volonté de cette organisation de prévenir toute violence en amont pour ne pas se laisser surprendre par une crise pendant et après le scrutin.

« C’est une réalité que les processus électoraux en Afrique de l’ouest ont toujours été des périodes sensibles pour nos pays. Avant on pensait que c’est seulement l’élection présidentielle qui est d’enjeu. Mais aujourd’hui, même les locales sont devenues des élections majeures. Il n’y a pas lieu d’attendre qu’il y ait des signaux avant de mettre en place un dispositif », indique Julien OUSSOU (photo), Coordonateur régional de WANEP.

D’après ce dernier, cet outil a toute son importance dans la mesure où il sert à détecter très tôt les signaux.

« Nous avons fait des analyses et des projections qui nous permettent de déployer des moniteurs dans un certain nombre de zones parce que nous espérons que lorsque des signaux tendant vers la violence vont se signaler, nous allons les identifier, les analyser, les agréger et les reverser à ceux de droit pour espérer des réponses », explique-t-il.

D’après M. OUSSOU, WANEP travaille beaucoup plus pour la prévention. Voilà la raison qui explique le fait que cette organisation s’est levée dès maintenant alors que la présidentielle a lieu en 2020.

« Il faut le faire pour gérer au jour le jour ce qu’il y a lieu de traiter afin de nous préparer à une élection qui sera une fête de la démocratie », conclut le Coordonateur régional de WANEP