kpanté 1

Togo-Portrait: Nathalie KPANTE, la jeune meneuse de l’agrobusiness

(Société Civile Média) – Au Togo, nombreuses sont les femmes entrepreneurs qui gèrent des affaires rentables dans le secteur agricole, malgré les obstacles. Nathalie Kpanté, fait partie du lot et s’intéresse au cacao. Cette femme dynamique et battante incarne le label « Choco Togo ». Zoom sur cette jeune dame qui porte haut le flambeau du « Chocolat made in Togo ».

Femme entreprenante et passionnée, Nathalie Kpanté s’illustre comme l’entrepreneure modèle pour la jeunesse de son pays. C’est avec fierté et passion qu’elle porte cette responsabilité. Son activité principale, produire du chocolat à partir de la fève de Cacao cultivé au Togo, lui a permis de se tailler une place, pas des moindres, dans le secteur de l’Agrobusiness au Togo. Pourtant, rien ne l’y prédestinait.

Le déclic

Titulaire de deux licences, d’une part, en sociologie et d’autre en gestion de projets et passation de marchés, Nathalie, s’intéresse à la transformation du chocolat à l’issue d’une formation en production de chocolat en terre italienne financée par l’Union Européenne. De retour de sa formation, elle s’engage à mettre en pratique ce qu’elle a appris après un sondage dans le domaine. « J’ai fait une petite enquête dans le domaine et me suis rendue compte que le terrain était vierge au Togo. J’étais étonnée de découvrir que les cacaoculteurs eux-mêmes ne connaissaient même pas le chocolat, ils exportaient toutes leurs productions…», relate Nathalie Kpanté. Ce fut le déclic !

Au lieu de les exploiter, la jeune fille a eu l’ingénieuse idée de réunir tous ceux qui interviennent dans la chaîne de culture du cacao au sein d’une coopérative pour les former à la transformation et la commercialisation du chocolat.

Déterminée et persévérante, la jeune entrepreneure se lance à fond dans ce projet innovant, « Je n’ai jamais eu peur d’échouer, malgré les difficultés», confie-t-elle. « Il y a eu des périodes de découragement, de lassitude pendant lesquelles l’horizon était noir surtout face aux factures à payer, la gestion humaine (surtout que c’était une coopérative), la pression du travail, les défis du marché, les attentes du client…J’étais tentée d’abandonner certaines fois», avoue Nathalie. Mais cette entrepreneure dit avoir puiser sa force, de son équipe qui la soutenait, de ses proches qui la conseillaient, et de ces personnes qui l’encourageaient incessamment.« J’ai dû faire faire face à deux challenges celui d’être entrepreneure et femme entrepreneure », reconnait-elle.

Nathalie Kpanté
Nathalie Kpanté

D’un autre côté, concilier la vie professionnelle et la vie familiale, comme pour la plupart des femmes modèles n’a pas été chose aisée pour cette entrepreneure. Mais par « le travail et le dépassement du soi », Mme Kpanté a su imposer « Choco Togo » sur le marché africain et mondial. C’est d’ailleurs ce que Nathalie invite les jeunes à faire. « L’entrepreneuriat, c’est du travail et des sacrifices », lance-t-elle à ceux qui souhaitent lui emboiter le pas.

De la nécessité de redéfinir les bases de l’éducation

Si on lui offrait une baguette magique, celle que sa famille prédestinait à une carrière de médecin, s’empresse de répondre : « J’allais révolutionner le monde de l’éducation de manière à inculquer les BA-BA de l’entrepreneuriat aux enfants scolarisés dès le cours préparatoire !». Pour Nathalie, tout devrait partir de là, si on veut lutter contre le chômage et éduquer les jeunes à l’entrepreneuriat.

La jeune femme ambitionne ouvrir d’autres entreprises dans le secteur de l’Agrobusiness. 2019 verra d’ailleurs la concrétisation de l’un de ses projets dans ce sens.« Avec Dieu nous ferons des exploits », argue Nathalie pour se redonner courage. C’est de cette phrase que l’entrepreneure togolaise dit puiser sa force et son inspiration, en souvenir de tous ceux qui dans la bible, ont gagné des batailles en ayant leur foi en Dieu et leur volonté de réussir.

Edem PEDANOU (Portrait réalisé dans le cadre du projet « Egbé Nana » du Pro-CEMA)