Ably-Bidamon

Togo : Opter pour le gaz naturel liquéfié pour lutter contre le réchauffement climatique

 (Société Civile Média) – Satisfaire le besoin des populations en énergie est l’une des préoccupations majeures du gouvernement togolais. Le Togo envisage donc d’acheter du gaz naturel liquéfié (GNL) à la Guinée Equatoriale. Pour ce faire, le ministre des Mines et de l’Energie, Marc Dèdèriwè ABLY-BIDAMON, a effectué une visite de travail en Guinée Equatoriale les 29, 30 et 31 août dernier. Du côté du gouvernement, on estime également que ce choix est guidé par le souci de lutter contre le rechauffement climatique et la déforestation.

Le gaz naturel liquéfié (GNL) est la nouvelle source d’énergie moins polluante qui s’inscrit au cœur de la stratégie des grandes puissances pour réduire la pollution atmosphérique et mieux protéger l’environnement. A l’aube de cette révolution, le Togo ne veut pas rester en marge. Le pays compte développer une industrie énergétique à fort potentiel et profiter pleinement de cet essor.

Il ne fait pas l’ombre d’aucun doute que le Togo doit au préalable développer ses sources d’énergie modernes pour que les efforts qu’il déploie pour accélérer sa croissance économique et faire reculer la pauvreté aboutissent. Le Togo fait face à un défi énergétique plus prononcé depuis une décennie. L’heure est, aujourd’hui, à l’urgence d’une sécurité énergétique. A cette occasion, le ministre des mines et de l’énergie a eu à travailler avec son homologue de la Guinée Equatoriale, Gabriel MBAGA OBIANG LIMA, ministre des mines et des hydrocarbures, pour hâter les pas dans la mise en application du projet d’approvisionnement en gaz naturel liquéfié.

En effet,  monsieur Marc Dèdèriwè ABLY-BIDAMON  a pu découvrir les potentialités de la Guinée Équatoriale en ressources et en infrastructures gazière et apprécier les conditions techniques de mise en œuvre du projet au Togo. « Dans son programme de développement énergétique, le gouvernement, sous la houlette du Chef de l’État, s’attèle constamment à disposer du gaz abondant pour servir la population et la réalisation de ce projet serait un atout non négligeable », a laissé entendre le ministre togolais.

Les deux parties ont décidé d’examiner et explorer la possibilité de réaliser des infrastructures de stockage et de gazéification de GNL au Togo et conclure éventuellement un Accord d’Utilisation du terminal Méthanier de GNL (« AUTM ») et ce, dans le cadre d’un « Sale and Purchase Agreement ». (SPA).

Le gaz naturel liquéfié est la plus propre des énergies fossiles. Dans le contexte de transition énergétique actuel, il représente une excellente alternative pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, lutter contre le réchauffement climatique et la déforestation. Parfois critiqué par les défenseurs de l’environnement, le gaz naturel demeure l’énergie fossile la moins polluante au monde. Son impact réduit sur l’environnement, ainsi que son coût relativement faible, en font une énergie de choix pour la production d’électricité et de chaleur, que ce soit au niveau industriel ou chez les particuliers et les entreprises.

En développant l’usage du GNL, le Togo entend contribuer activement à la protection de l’environnement. En privilégiant le gaz naturel, il est possible de réduire les polluants atmosphériques. Voilà un excellent moyen d’aider le Togo à mieux respirer, tout en permettant aux entreprises de profiter de nombreux autres avantages. De même, faire recourt au gaz naturel  permettra au Togo de  renforcer la production nationale d’électricité et répondre à une demande en forte croissance. Les besoins énergétiques de plusieurs secteurs peuvent désormais être comblés par le GNL.

Par ailleurs, introduire le GNL dans les ménages, contribuerait énormément à lutter contre la déforestation. Cette solution va permettre également de lutter contre la destruction de l’environnement et réduire considérablement l’usage du bois de chauffe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *