Togo : NADDAF invite les OSC à privilégier la consommation locale lors de leurs activités

(Société Civile Média) – C’est le vœu de Nouvelles Alternatives pour le Développement Durable en Afrique (NADDAF). Estimant que les produits importés étouffent les produits locaux, qui ont du mal à trouver preneurs sur le marché, cette association entend jouer sa partition pour renverser cette tendance. Ce jeudi, elle a initié une rencontre avec les OSC pour améliorer leur connaissance sur l’importance d’adopter un mode de consommation et de production durable (MCPD) afin de valoriser les produits locaux et d’augmenter le pouvoir d’achat des paysans, producteurs et transformateurs togolais.

Depuis plus d’une dizaine d’années, l’Organisation pour l’Alimentation et le Développement Local (OADEL) mène au Togo des actions de sensibilisation sur la nécessité de consommer les produits du terroir. Mais le problème persiste. Habitués à manger des aliments venus de l’extérieur, les Togolais délaissent la plupart du temps les produits issus de l’agriculture durable et familiale de leur pays. Et cela n’est pas sans conséquence. Alors qu’ils produisent tous les jours de quoi manger à travers leurs activités agricoles, les paysans togolais sont, paradoxalement, les personnes les plus touchées par la faim et la précarité parce que leurs produits ne sont pas écoulés sur le marché comme il faut.

A en croire l’association NADDAF, le constat est plus criard auprès des Organisations de la Société Civile (ONG, Association…) qui adoptent elles aussi un mode de consommation tourné vers l’extérieur.

Victor KOISSI (à droite) lors de l’ouverture de l’atelier

« Chaque jour, 3 à 4 séminaires, atelier ou conférences sont organisés par les OSC. Et pour la restauration lors de ces différents évènements, les produits issus de l’agriculture locale sont très faiblement aussi bien dans la nourriture que dans les boissons. Certains le font par méconnaissance des avantages des produits, d’autres par choix à cause des coûts légèrement différents des produits locaux par rapport aux produits venant de l’extérieur », fait remarquer Victor KOISSI, coordonnateur du projet ‘Avenir’ au sein de NADDAF.

L’atelier organisé par cette association ce jeudi, en collaboration avec OADEL, entend donc contribuer à la promotion et la valorisation des produits locaux togolais et leur consommation à grande échelle. Il s’est agi d’amener les organisations de la société civile à privilégier la consommation des produits locaux lors de leurs différents ateliers, séminaires, formations et conférences.  Les experts invités ont animé des communications et des panels qui ont permis d’exposer aux 12 organisations présentes les bienfaits de la consommation des produits du terroir.

« A travers cette rencontre, il s’est agi également de contribuer à l’atteinte de l’ODD 1 qui veut éliminer la pauvreté, de l’ODD 2 qui vise l’élimination de la faim et l’assurance de la sécurité alimentaire et l’ODD 12 qui encourage la consommation et la production responsable », précise M. KOISSI.

Vue partielle des participants à la rencontre

L’une des attentes de NADDAF après cet atelier est de voir plus de 60% des OSC adopter la consommation des produits locaux lors de leurs ateliers.

L’association a également profité de l’occasion pour mettre en relation 15 OSC avec BoBaR, la boutique de distribution et de transformation des produits issus de l’agriculture locale qui a accueilli la rencontre.

Créée en décembre 2013, NADDAF a pour but de contribuer à l’instauration d’une société plus juste, fondée sur les valeurs de développement économique et de respect des droits humains, de l’état de droit et de l’environnement. L’un de ses objectifs est de trouver de nouvelles alternatives pour repenser et mettre en œuvre des actions de développement durable.