Togo: Le « Concours du meilleur mémoire sur les droits de l’homme » a primé ses lauréats

(Société Civile Média) – Le « Concours du meilleur mémoire sur les droits de l’homme » a rendu son verdict. Des 21 candidatures enregistrées pour le compte de cette première édition, 4 lauréats ont été retenus et primés dans 4 catégories différentes lors d’une cérémonie organisée vendredi 29 novembre à l’Université de Lomé.

Le concours, organisé par le Centre de Documentation et de Formation sur les Droits de l’homme (CDFDH) en partenariat avec le Ministère en charge des droits de l’homme et l’Université de Lomé, a permis de primer les sieurs Lar Kombate, Lotiyé Ballé, Gbapeba Anelène et Yaovi Aziamaté, respectivement dans les catégories meilleur mémoire sur les droits civils et politiques, meilleur mémoire sur les droits économiques, sociaux et culturels, meilleur mémoire sur la défense des groupes vulnérables, meilleur mémoire sur la protection d’un environnement sain et la sauvegarde de la paix.

Le jury de cette première édition du « Concours du meilleur mémoire sur les droits de l’homme » était composé de professeurs d’universités, de professionnels de justice et d’acteurs de la société civile.

Les 4 lauréats du concours

L’initiative, il faut le rappeler, vise à promouvoir la protection et la défense des droits humains à travers la valorisation et la vulgarisation des œuvres scientifiques. Le concours était donc ouvert à tous les ressortissants togolais ayant soutenu leur mémoire de master II au cours des cinq dernières années dans les Universités publiques ou privées du Togo ainsi qu’à l’ENA et dans des Universités hors du Togo.

D’après les organisateurs du concours, les mémoires primés seront édités puis publiés en tant qu’ouvrages. Il sera également procédé à leur diffusion auprès des différents acteurs ayant un intérêt pour le sujet, et les versions électroniques seront mises en vente sur les plateformes numériques à l’instar de bedibook.

La cérémonie de remise de prix a été présidée par la représentante du Ministre des droits de l’Homme, Madame Solange Mensah-Pierucci, en présence du 1er Vice-président de l’UL, le Professeur Komlan Batawila, du Président du CDFDH, Monsieur André Kangni Afanou, ainsi que des enseignants-chercheurs, des étudiants et de nombreux invités. Le rendez-vous pour la 2ème édition du concours est donc pris pour 2020.