Alice Goza

Togo-JIF 2018: Alice Goza « L’instruction des filles est la clé du développement »

(Société Civile Média) – Présidente de l’Association Internationale des Femmes et Jeunes Leaders (AIFJL), Alice Goza, par le biais d’un message, s’est adressée aux filles togolaises ce 11 octobre où est célébrée la Journée Internationale de la Fille. Un message qui met l’accent sur la nécessité pour les  filles de s’instruire et d’aller loin dans les études afin de pouvoir prendre en main leur avenir.

« De nos jours, nombreuses sont les filles qui ignorent leurs droits, surtout les droits qui leur donnent l’opportunité de s’éduquer, de s’émanciper et d’assurer valablement l’avenir de leur société. Un peu partout en Afrique et au Togo, plusieurs  filles quittent l’école, très jeunes, pour plusieurs raisons. D’une part, elles y sont contraintes par le manque de moyens financiers, le manque de soutien, les grossesses précoces et par bien d’autres facteurs relevant des pesanteurs socioculturelles. D’autre part parce qu’elles ne réalisent pas le bien-fondé de cette éducation car n’ayant pas de modèle à suivre », déplore-t-elle.

« L’instruction des filles est la clé du développement », insiste Alice Goza, avant d’encourager vivement les filles à s’éduquer ou à chercher une qualification professionnelle car, dit-elle, « les filles sont plus susceptibles que les autres de bien gagner leur vie, d’élever des familles en bonne santé et de participer activement au bien être de la collectivité ».

La présidente de l’AIFJL est par ailleurs revenue sur le projet dénommé « Je m’affirme », un projet mis en œuvre par son organisation et dont l’objectif est de promouvoir l’éducation de la jeune fille sous toutes ses formes, de ressortir son leadership, afin de lui permettre de s’engager et d’être véritablement  une actrice de paix et de développement de sa communauté initié. Toutefois, rappelle Mlle Goza, « ce projet n’aura de sens que lorsque les jeunes filles, conscientes de leur rôles primordial au sein de la société, saisiront les opportunités qui s’offrent à elles, pour s’éduquer ou apprendre un métier ; que lorsque les filles elles-mêmes s’engageront à dire NON aux grossesses précoces en milieux scolaire et en apprentissage ».

Et de conclure qu’il n’y a que de cette façon que l’ODD4 (“Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie”  et l’ODD5 (“Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles”) seront véritablement atteints.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *