Togo-JFA 2019: Le réseau ANOJEF célèbre les victoires partielles à travers une soirée culturelle

(Société Civile Média) – Tenues traditionnelles, danses du terroir, mets locaux, la soirée culturelle organisée samedi 24 août par le réseau Alliance Nationale des Organisations de Jeunes Femmes Leaders pour le Développement a tenu ses promesses. Mais au-delà de son aspect traditionnel, la rencontre, initiée dans le cadre de la Journée de la femme africaine 2019, a été pour le réseau ANOJEF l’occasion de célébrer avec ses organisations membres les avancées et acquis obtenus par les femmes en matière d’égalité.

Pour le réseau ANOJEF, le chemin à parcourir pour obtenir l’émancipation totale de la femme en Afrique et au Togo est encore long. Néanmoins, cette lutte a connu beaucoup d’avancées ces dernières années. Des avancées certes partielles, mais qui méritent d’être célébrées.

Table d’honneur lors des échanges et discussions sur les acquis obtenus

« ‘‘Célébrer les victoires partielles’’, le thème retenue cette année pour la célébration de la Journée de la femme africaine, nous interpelle à plus d’un titre. Il est vrai que nous n’avons pas totalement obtenu ce que nous voulons, la victoire n’est que partielle. Néanmoins, nous nous devons de célébrer les avancées et les acquis que nous avons obtenus », explique Dina AKPOTO, coordinatrice nationale du réseau ANOJEF.

La soirée culturelle a donc été pour ce réseau l’occasion de passer en revue les textes et lois en faveur de la femme au Togo et dans le monde et de faire le bilan des victoires obtenues.

« Les acquis obtenus ne sont que partiels. Il nous faut maintenant nous battre pour les avoir en totalité. En plus d’avoir fait le bilan, nous nous sommes donnés du courage en vue des combats futurs qui nous attendent, car il nous faut obtenir la victoire totale d’ici une dizaine d’années », souligne Mme AKPOTO.

Les participantes en plein échanges

Obtenir la victoire totale exige des actions. Le réseau ANOJEF se dit conscient des défis à relever. Dans ce sens, elle s’est assignée des objectifs à atteindre et des actions à mener surtout à l’endroit des jeunes filles qui vivent milieu rural et urbain ainsi que des jeunes filles scolarisées et en milieu d’apprentissage. Le réseau entend les appuyer pour leur permettre d’être consciente de leur émancipation et de la nécessité de cultiver l’excellence. Un accent sera mis sur les filles démunies afin de pouvoir les aider à subvenir à leurs besoins scolaires et d’apprentissage.

« Nous faisons donc appel aux partenaires techniques et financiers et sollicitons leur appuis sous diverses formes pour l’atteinte des objectifs d’ANOJEF et la contribution à l’émancipation totale des jeunes filles togolaises et africaines », indique la Coordinatrice nationale du réseau.

Séance de danse traditionnelle

Souvent considérée comme un frein pour l’émancipation de la femme, la tradition peut aussi contribuer à la valoriser. La soirée culturelle a donc permis aux femmes du réseau ANOJEF de mettre en valeur les cultures de leurs régions respectives à travers des danses traditionnelles et défilés en tenues du terroir.