G7

Togo-crise politique: Le G7 appelle les chefs d’Etats de la CEDEAO à « mesurer l’ampleur de la situation »

(Société Civile Média) – Deux semaines après ses propositions pour un processus électoral apaisé au Togo, le Groupe de sept Organisations de la Société Civile (G7) se prononce de nouveau. Estimant que le communiqué final qui a sanctionné les pourparlers du 27 juin dernier (sous l’égide des deux facilitateurs) n’a pas été très clair en ce qui concerne certains points importants qui divisent les protagonistes, le G7 appelle les Chefs d’Etats de la CEDEAO à « mesurer l’ampleur de la situation qui prévaut dans le pays, afin de formuler des recommandations qui permettront la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles, puis l’organisation d’élections transparentes, crédibles et acceptées par tous ». C’est à travers un communiqué dont l’Agence Société Civile Média a obtenu copie. A noter que le G7 est composé de WANEP-Togo, CNSC-Togo, ACAT-Togo, CACIT, REPSFECO-Togo, CEJP et SADD. Lire l’intégralité de ce communiqué.

DECLARATION

27ème dialogue Togolais

Sept (07) organisations de la Société Civile lancent un appel aux Chefs d’Etat de la CEDEAO à s’investir davantage dans la résolution de la crise sociopolitique au Togo.

 Le Groupe de sept Organisations (G7) de la Société Civile (WANEP-TOGO, CNSC-TOGO, ACAT TOGO, CACIT, REPSFECO-TOGO, CEJP-TOGO, SADD) a pris connaissance du communiqué final qui a sanctionné le dialogue inter-togolais sous l’égide des deux (02) facilitateurs, leurs Excellences, Présidents, Alpha CONDE de Guinée, Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO du Ghana et du Président de la Commission de la CEDEAO, Monsieur Jean- Claude BROU tenu le 27 Juin 2018 à Lomé.

Au regard dudit communiqué, le G7 constate que :

  • Il y a contradiction sur le point de la suspension et de la tenue des élections avant novembre, ce qui entraine chaque partie prenante au dialogue à une interprétation différente ;
  • la liste des points inscrits à l’ordre du jour du dialogue n’est pas encore épuisée, telles les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales ;
  • la poursuite du dialogue ou non n’a pas été précisée entrainant un flou dans les esprits des togolais.

 Le G7 appelle à cet effet les Chefs d’Etats de la CEDEAO à mesurer l’ampleur de la situation qui prévaut dans le pays, afin de formuler des recommandations qui permettront la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles, puis l’organisation d’élections transparentes, crédibles et acceptées par tous. La stabilité de la sous-région dépend inéluctablement de celle du Togo.

Le G7 exhorte les parties prenantes au dialogue à poursuivre les concertations par tous les moyens afin de parvenir à un accord historique dans l’intérêt du Peuple togolais, conformément à la Recommandation N°6 de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) qui stipule :

« Des réformes en profondeur liées aux élections et aux conditions de leur organisation devront être menées. Ces réformes, qui devraient faire l’objet d’un débat national propre à dégager un large consensus, viseront, entre autres :

  • le découpage électoral qui doit s’appuyer sur des critères géographiques et démographiques tout en tenant compte de l’histoire du peuplement de notre pays ;
  • les modes de scrutin qui seront choisis de manière, d’une part, à toujours garantir l’élection du Chef de l’Etat à la majorité absolue des votants ; d’autre part, à assurer une représentation fidèle de toutes les sensibilités politiques au Parlement et dans les assemblées locales ;
  • le choix des membres des commissions électorales, les garanties de leur indépendance et impartialité ;
  • le droit de vote des togolais de la diaspora ».

Le G7 invite, par ailleurs, tous les religieux sur toute l’étendue du territoire à porter le peuple togolais et toute la classe politique dans leurs prières en respect à la première phrase du préambule de la Constitution : « Nous, Peuple Togolais, nous plaçant sous la protection de Dieu… ».

Que l’Eternel bénisse le Togo !

 Fait à Lomé, le 04 Juillet 2018

Le G7

Ont signé: WANEP-Togo, CNSC-Togo, ACAT-Togo, CACIT, REPSFECO-Togo, CEJP, SADD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *