Tanzanie: Le mariage des jeunes filles mineures déclaré anticonstitutionnel et discriminatoire

(Société Civile Média) – La Tanzanie tend à devenir un modèle en matière de protection des droits de la jeune fille. Après la décision du président de ce pays d’emprisonner tout homme qui engrosse une élève, c’est la Cour d’appel qui vient de déclarer le mariage des mineures anticonstitutionnel. Et pour les organisations de la société civile, il y a de quoi se réjouir quand on sait que la loi fixe l’âge minimum de mariage pour les filles à 15 ans et que deux filles sur cinq sont mariées, le plus souvent sans leur consentement, avant leurs 18 ans.

La Cour d’appel vient donner raison à la Haute Cour qui avait pris la même décision en 2016. Pour la Haute Cour de Tanzanie, la loi sur le mariage viole le principe d’égalité entre citoyens. Car les garçons ne peuvent pas se marier avant 18 ans. Les jeunes filles, elles, y sont autorisées dès l’âge de 15 ans, avec le consentement de leurs parents. Et ces mariages précoces ont des conséquences désastreuses sur les jeunes filles.

« Notre système éducatif n’autorise pas les filles mariées à aller à l’école, donc elles ne peuvent pas développer tout leur potentiel. C’est aussi un problème de santé, car la mortalité pendant la grossesse est très liée aux mariages des enfants, et aux filles très jeunes qui tombent enceintes », confie, à Rfi, Rebeca Gyumi à Rfi, fondatrice de l’ONG Msichana Initiative, qui se bat depuis plusieurs années pour que cette loi soit revue.

Tout en se réjouissant de cette décision de la justice tanzanienne, Rebeca Gyumi estime toutefois que le combat n’est pas terminé.

« On va maintenant travailler avec les communautés pour faire changer les mentalités, et parler avec les adolescentes directement. Nous voulons obtenir un changement profond et durable. Mais la prochaine étape est de s’assurer qu’un projet de loi soit bel et bien présenté au Parlement ».