MGF 4

Mutilations génitales féminines: Ce pays africain, pire cauchemar des filles et des femmes

(Société Civile Média) – Ce pays se trouve en Afrique de l’ouest. Il est sans nul doute l’un de ceux qui résistent le plus à la lutte contre les mutilations génitales féminines sur le continent.

Dans ce pays, 746 filles sont excisées chaque jour, et 83% des femmes entre 14 ans et 49 ans sont mutilées. Parmi les filles de moins de 14 ans, trois sur quatre sont excisées. Il s’agit du Mali où la tradition laisse encore les MGF gagner quelques terrains.

Députée et militante malienne contre l’excision, Fomba Fatoumata Niambali s’oppose depuis plusieurs années à cette pratique et se bat pour la pénaliser. C’est grâce à plusieurs sensibilisations de militantes comme elle que de plus en plus de mères décident de rompre avec la tradition et de ne plus faire exciser leurs filles, en dépit des pressions de leur communauté. Aujourd’hui, la génération des filles court 30% moins de risques de se faire exciser qu’il y a 30 ans.

Pour Madina Bocoum Daff, une autre militante, outre les politiques nationales de lutte contre les MGF, il faut sensibiliser les communautés.
« C’est en combinant une politique nationale à une prise de conscience au niveau des communautés que nous pourrons mettre fin aux mutilations génitales féminines. Car même s’il est important que les gouvernements mettent en oeuvre des lois contre des pratiques nuisibles, comme l’excision des filles, ces lois n’auront de succès que si l’on s’attaque également aux problèmes culturels profondément ancrés », explique-t-elle dans des propos relayés par nos tv5monde.org.

Au Mali, il n’existe aucune loi qui interdit les mutilations génitales féminines. C’est donc les associations qui se mobilisent pour aller de villages en villages afin de tenter de convaincre les communautés qui s’adonnent toujours à la pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *