Bruno

CHRONIQUE DES DROITS HUMAINS (N°010): La paix, une question des droits de l’homme

(Société Civile Média) – La paix et les droits de l’homme, deux notions liées ? Pour Bruno Haden, la réponse est « oui ». C’est d’ailleurs ce que le secrétaire général de l’ACAT-Togo (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, section Togo) tente de nous expliquer dans sa première chronique de l’année 2018. Lisez-plutôt.

LA PAIX : UNE QUESTION DES DROITS DE L’HOMME

« Il n’y aura pas de Paix sur cette planète tant que les droits de l’homme seront violés en quelque partie du monde. » René Cassin

La question de la paix et la question des droits de l’homme sont intimement liés à la question cruciale du développement durable. Le secret de la paix durable reside dans le respect des droits de l’homme.

Aujourd’hui, en matière de paix les défis majeurs que doivent relever l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique Centrale, l’Afrique de l’Est, l’Afrique Australe et l’Afrique du Nord sont : le respect des droits de l’homme, les conflits armés, les conflits internes, le déficit en matière de bonne gouvernance, l’organisation des élections justes et transparentes, le terrorisme, la torture, la pauvreté, l’afflux massif de migrants et de réfugiés, la lutte contre l’impunité et la corruption.

Le recul des droits de l’homme sur le continent africain est visible en ce qui concerne l’usage de la violence d’Etat dans la gestion des affaires publiques. La répression des manifestations publiques pacifiques en République Démocratique du Congo l’illustre et nous interpelle sur la fragilité de la paix en Afrique.

La paix est-elle un droit de l’homme ?

 Le ‘’droit à la paix’’ relève des droits de l’homme de la troisième génération, que l’on appelle aussi les ‘’droits liés à la solidarité’’. Le combat pour le respect des droits de l’homme doit devenir le bouclier principal pour protéger la paix.

L’Union Africaine pour construire la paix doit demander à ses Etats membres de traduire dans des actions concrètes les principes d’action pour la paix : la vérité, la justice, la liberté, l’amour.

En effet, l’on ne saurait dissocier la paix de la justice ; justice et paix s’embrassent. Pour qu’il y ait la paix, il faut d’abord vivre de la justice. Autrement dit, la paix s’édifie sur le fondement de la justice. Si la justice est à ce point liée à la paix, notons cependant que la paix a pour base la vérité qui se réalise dans la justice qui demande à être vivifié par l’amour et qui trouve dans la liberté l’épanouissement du sens des responsabilités.

Dès lors, c’est quoi la paix ?

L’aspiration à la paix est inhérente à la nature humaine. La paix est un concept qui désigne un état de calme ou de tranquillité ainsi que l’absence de perturbation, de trouble, de guerre et de conflit. Elle correspond aussi à un idéal social et politique. La paix  n’est pas seulement l’absence de guerre, de conflit ou de violence. La paix est une façon du mieux-vivre-ensemble pour que chaque  membre de la famille humaine puisse accomplir ses droits de l’homme.

  Ce désir de la paix  n’est-il pas affirmé par les Gouvernants Africains, chaque année dans les vœux à leur nation ?

 Fouillons ensemble l’alphabet de la paix, dans la Déclaration Universelle des Droits de l’homme en son préambule : « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. »

Par Bruno Germain HADEN

Consultant en surveillance, documentation et rapportage des violations des droits de l’homme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *