Togo: La COFET forme ses membres sur « le rôle et la mission d’un défenseur des droits humains »

(Société Civile Média) – Une séance de make up, un pique-nique, puis un débat autour du thème « le rôle et la mission d’un défenseur des droits humains » ; la rencontre d’échanges organisée dimanche 4 août par la Coordination des Organisations Féminines du Togo (COFET) à la plage de Lomé dans le cadre de la Journée de la femme africaine se voulait relax et décontractée. Mais elle a tout de même permis aux membres de cette faîtière, venues pour la plupart de la région Maritime, de mener une profonde réflexion sur leur situation de défenseures des droits de l’homme.

Pour Honorine HONKOU LATE, Coordinatrice nationale de la COFET, le thème retenu pour la rencontre s’explique par le souhait de la faitière de voir ses membres se réunir et réfléchir sur leur situation en tant que défenseures des droits humains.

« Ça fait bien longtemps que nous nous positionnons comme défenseures des droits de la femme et voix des sans voix. Nous consacrons presque toute notre vie à lutter pour que toutes les femmes rentrent dans leurs droits. Mais nous oublions toujours de nous occuper de nous-mêmes. Nous constituons en quelque sorte une solution pour les autres femmes mais n’avons pas la solution pour nous même », explique-t-elle.

Mme KPEDJI au cours de sa communication sur le thème de la rencontre
Mme KPEDJI au cours de sa communication sur le thème de la rencontre

A travers cette rencontre qui se voulait relax et détendu, il s’est agi donc, pour les femmes de la COFET, de mener des réflexions sur leur situation, ainsi que sur les difficultés qu’elles rencontrent dans leur mission et les contraintes auxquelles elles font souvent face dans leur travail de défenseures des droits de la femme.

« Nous avons donc pensé nous réunir pour une première fois pour réfléchir sur notre situation en tant que défenseures des droits humains et passer en revue les difficultés que nous rencontrons en travaillant dans le domaine des droits de la femme et pourquoi pas trouver des solutions à ces difficultés », souligne Mme HONKOU LATE.

Le thème retenu dans le cadre de la rencontre est « le rôle et la mission d’un défenseur des droits humains ». Il a été présenté par Anne KPEDJI, coordinatrice de l’ONG Action pour la Promotion et le Développement de la Femme (APDF).

Qui peut-être défenseur des droits humains ? Quel rôle est-il réellement appelé à jouer ? Où s’arrêtent ses prérogatives ? Telles sont les interrogations auxquelles a répondu Mme KPEDJI.

« La mission du défenseur des droits humains est de vulgariser le droit, de faire l’éducation juridique, d’informer la population sur ses droits et devoirs, d’accompagner les citoyens et de les aider à faire valoir leurs droits. Le défenseur des droits humains n’est ni un avocat, ni un juge », a-t-elle expliqué.

cofet 3

Abordant la situation des femmes défenseures des droits de l’homme, Mme KPEDJI n’a pas manqué de relever les problèmes auxquels elles font face.

« Nous vivons dans un système patriarcal où la femme n’est pas très valorisée. Et quand elle se met un peu au devant de la scène, elle a des problèmes avec les hommes. Parfois même, c’est avec d’autres femmes qu’elle a des problèmes parce que ces femmes voient mal comment une autre femme comme elles (et non pas un homme) peut se présenter et leur apprendre un certain nombre de choses », confie Anne KPEDJI, d’après qui les femmes défenseures des droits de l’homme ont parfois du mal à être accepté en raison de leur statut.

« Les conflits familiaux constituent l’un des problèmes auxquels ces femmes sont confrontées. Parfois c’est l’entourage qui ne les accepte pas, et parfois c’est leur mari qui a des difficultés à accepter leur statut, bref ceux qui sont hostiles au changement les combattent », précise la formatrice en genre et en droits humains. Occasion pour elle de sensibiliser les participantes à la rencontre et de les appeler à créer un climat de confiance et de sérénité au sein de leur famille et, si possible, à impliquer dans leur conjoint dans leur travail de défenseure des droits humains.

« Etre défenseure des droits de l’homme est un travail noble qui a aidé et qui continue d’aider beaucoup de personnes à entrer dans leurs droits. Il faut le poursuivre en dépit des difficultés. Mais nous devons aussi être prudentes, tenir compte des contextes dans lesquels nous travaillons et parfois négocier et faire en sorte qu’il y ait un climat de confiance avec les autres acteurs pour réduire les problèmes auxquels nous sommes confrontés », a conclu Anne KPEDJI.

cofet 4

La COFET est une plateforme regroupant les ONG, associations et réseaux de promotion de la femme. Elle a pour objectif de rendre visible les actions des organisations féminines et se veut un cadre de référence pour les organisations membres. Elle se donne pour mission de promouvoir les droits des femmes et rendre efficace les actions des organisations féminines de la société civile.

La COFET s’engage également à promouvoir la participation effective des femmes dans des instances décisionnelles et la culture de la paix. Elle lutte pour assurer le bien-être, l’autonomisation des femmes et des filles. Renforcer les capacités techniques et de leadership des organisations féminines au Togo est aussi sa mission.

Photo de famille à la fin de la rencontre
Photo de famille à la fin de la rencontre