UONGTO

Togo: L’UONGTO pour la tolérance zéro vis-à-vis de la corruption dans les entreprises

(Société Civile Média) – L’Union des ONG du Togo (UONGTO) veut contribuer à favoriser la stabilité économique du Togo à travers la pratique de la tolérance zéro vis-à-vis de la corruption. Depuis le 9 juillet et ce jusqu’au 12, elle organise, à l’intention des dirigeants d’entreprise du secteur privé une formation sur la Convention des nations unies contre la corruption (CNUCC) et son mécanisme d’examen.

La rencontre se situe dans le cadre de la mise en œuvre de son projet intitulé « Action de lutte contre la corruption par la vulgarisation, la sensibilisation et l’institutionnalisation (ALCOVUS) de la Convention des Nations unies contre la corruption (CNUCC) et son mécanisme d’examen».
Elle entend renforcer la capacité des participants à la lutte contre la corruption dans le processus de passation de marchés publics et services publics à travers l’appropriation et l’application de la CNUCC et son mécanisme d’examen.

« L’UONGTO veut avoir au Togo des entreprises citoyennes, des entreprises qui non seulement respectent les lois, mais aussi contribuent à l’application de la loi. Dans le cadre spécifique de cette action, il est question de contribuer à l’application de la Convention des nations unies contre la corruption. Cette convention veut lutter contre les différents actes de corruption qui gangrènent la vie de nos Etats et qui font que les ressources prévues pour les secteurs sociaux par exemple servent à autre chose », explique Francis AKPA, Secrétaire général de l’UONGTO.

Amener les participants à décrire la Convention des Nations unies contre la corruption ; les inciter à opérer un changement d’attitude et de comportement face à ce fléau ; leur donner les outils nécessaires pour dénoncer les cas concrets de corruption dans la passation des marchés publics et délégation des services publics, voilà les résultats attendus par l’UONGTO de cette formation de 4 jours.

« Les entrepreneurs doivent pouvoir pleinement saisir les opportunités qu’ils ont de contribuer à éradiquer la corruption par la dénonciation. C’est une culture qui nous manque au Togo et il faut forcément changer d’habitude. Cette formation contribue justement à outiller les gens car s’ils savent ce qui est prévu et ce qui doit se faire, ils peuvent agir quand ça ne se fait pas », souligne M. AKPA.

A l’issue de la formation, l’UONGTO entend mettre en place des points focaux dans les 15 entreprises dont les dirigeants ont participé à l’atelier.