homosexualité

Sénégal: Quand l’homosexualité divise l’ONG Oxfam et les organisations de la société civile

(Société Civile Média) – L’ONG OXFAM serait-elle en train de promouvoir l’homosexualité au Sénégal ? La question fait débat depuis quelques jours dans ce pays. Mieux, elle a fait réagir un certain nombre d’organisations de la société civile dont la RADDHO et « Y en a marre ». Ces organisations, convaincue qu’OXFAM promeut subtilement l’homosexualité sur le sol sénégalais, ont tenu à mettre en garde l’ONG Internationale.

Tout est parti d’une lettre intitulée « lettre d’amour» que l’ONG Oxfam aurait envoyée à ses employés à Dakar. Une lettre dans laquelle l’organisation internationale, selon un de ses cadres sénégalais, demandait à ses employés de favoriser les homosexuels.

«(le) vendredi 28 juin, vers 9h00, Oxfam International a envoyé un email commun à tous les agents d’Oxfam au Sénégal intitulé “Lettre d’amour”, dans lequel il est question de la condition des LGBTI [lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexe, ndlr] dans l’organisation et de la nécessité de les promouvoir, de leur donner des postes de responsabilité, de renforcer leur leadership dans les pays du Sud et la lettre se termine par une menace aux pays et agents qui refuseraient leur solidarité à cette nouvelle vision d’Oxfam de quitter la confédération», relate Élimane Kane, activiste sénégalais employé d’Oxfam au Sénégal qui révèle dans un message être le cadre «licencié, pour avoir été le principal frondeur».

«Il n’en est rien», a rétorqué Oxfam au Sénégal dans un message publié le 7 juillet sur sa page Facebook, accusant son employé de «faute lourde à la suite de multiples manquements professionnels constatés».

Des organisations de défense des droits de l’homme se sont donc saisies de l’affaire. « Nous marquons notre opposition à l’agenda caché de certains partenaires et organisations internationales qui, sous forme d’une présumée lutte pour la défense des droits humains, tentent de promouvoir le développent des communautés LGBTI au Sénégal », ont-elles écrit dans une note intitulée « déclaration pour le respect des valeurs socioculturelles et religieuses au Sénégal ». Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration de ces organisations.

Déclaration pour le respect des valeurs socioculturelles et religieuses au Sénégal

De plus en plus, certaines organisations internationales partenaires développent des stratégies en vue de la promotion des Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels et assimilés (LGBTI) au Sénégal. Tout dernièrement, l’organisation OXFAM s’est illustrée par une directive, intitulé « Lettre d’amour », dans laquelle elle fait une injonction à son personnel à opérer une discrimination positive au profit des personnes issues des communautés LGBTI. Cette décision a été manifestement en partie à l’origine du différend entre l’organisation OXFAM et certains de ses cadres.

Tout en reconnaissant le travail important de l’ONG OXFAM auprès des populations démunies du Sénégal, nous tenons, à travers cette présente déclaration, rappeler que la collaboration avec les organisations internationales et nos partenaires doivent se baser sur les principes et les valeurs qui sous-tendent le commun vouloir de vie commune de la nation sénégalaise. Nous vivons dans une société où il y a des valeurs à préserver. En aucun cas, nous ne pouvons appuyer la promotion de l’homosexualité et ses pratiques assimilées sous prétexte de la protection des minorités qui nous tient aussi à cœur.

Nous marquons notre opposition à l’agenda caché de certains partenaires et organisations internationales qui, sous forme d’une présumée lutte pour la défense des droits humains, tentent de promouvoir le développent des communautés LGBTI au Sénégal.

Les organisations signataires de cette déclaration fondent leur action sur la base d’un certain nombre de principes que sont :
• Le principe de la non-discrimination qui veut que les droits des personnes soient protégés sans distinction de race, de sexe, de religion, d’orientation sexuelle ou d’appartenance à un quelconque groupe social donné,
• Le principe de l’égalité devant loi et du droit à un procès équitable,
• Le principe de la non-violence et du respect de la vie privée des individus.
De ce point de vue, il y a lieu de préciser qu’il y a une nette différence entre la défense des droits humains et la promotion des LGBTI.
L’objectif de cette déclaration est donc de consolider la réconciliation entre le respect des droits humains et la préservation des valeurs sociales, culturelles et religieuses sur lesquelles reposent la paix et la stabilité de la société sénégalaise.

FAIT À DAKAR, LE 08 JUILLET 2019
ONT SIGNÉ CETTE DÉCLARATION LES ORGANISATIONS SUIVANTES : Pr Babacar GUEYE (Plateforme ANE), Moundiaye CISSÉ (ONG 3D), Sadikh NIASSE (RADDHO), Cheikh Oumar SY (OSIDEA), Babacar BA (Forum du Justiciable), Imam KANTÉ, Valdiodion NDIAYE (COSCE), Ndiaga SYLLA, Aliou SANÉ (Y’EN A MARRE), Cheikh Tidiane DIEYE