Togo-Droits de l’homme: Les ODDH expriment leurs préoccupations au ministre Christian TRIMUA

(Société Civile Média) – Violation de la liberté de manifestation, atteinte aux droits environnementaux, violence faites aux filles et aux femmes, dispositions à prendre pour le respect des droit des personnes âgées…pas de sujets tabous ce 12 juin à la rencontre d’échanges initiée entre Christian TRIMUA et les organisations de défense des droits de l’homme (ODDH). Que ce soit le Panel Watch, la LTDH, le CACIT, JVE International, ANAVIE, REFAMP-Togo (pour ne citer que ceux-là), chacune des organisations invitées a fait part au ministre en charge des Droits de l’homme de ses préoccupations au cours d’une soirée qui se voulait décontractée mais où plusieurs questions importantes ont été abordées.

Organisée par le ministère en charge des Droits de l’homme en collaboration avec le Centre de Documentation et de Formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH), la rencontre, tenue à l’hôtel Concorde à Lomé, se voulait un espace de plaidoyer et de discussions informelles entre M. TRIMUA et les défenseurs des droits de l’homme. Elle visait à renforcer la collaboration entre les institutions de la République et les acteurs de la société civile pour une meilleure protection des droits humains au Togo.

De façon spécifique, il s’agissait de mettre à la disposition des organisations de défense des droits de l’homme un cadre ad hoc d’échanges et de plaidoyer auprès du ministre des Droits de l’homme sur leurs sujets de préoccupation en matière de droits de l’homme et de permettre au ministre TRIMUA de partager avec les ODDH, ainsi que les diplomates, la vision et les priorités du gouvernement sur la question.

Le dîner a connu la participation de membres de la plateforme multi-acteurs ; de membres de la Commission Interministérielle de Rédaction de rapports initiaux, périodiques et de suivi des droits de l’Homme (CIR) ; d’experts indépendants de la société civile réunis au sein du « Panel WATCH » ; de représentant de la CNDH (Commission Nationale des Droits de l’Homme) et de diplomates. Et ce fut donc l’occasion pour ces acteurs d’étaler, face au ministre, ce qui constitue leurs préoccupations quant à la situation des droits de l’homme.

Pour Me Jean Yaovi DEGLI, membre du Panel Watch, la rencontre d’échange avec le ministre arrive à un moment crucial, un moment où la situation des droits de l’homme est en plein chantier. Et d’interpeller le ministre TRIMUA en mettant un accent particulier sur les multiples entraves à la liberté de manifestation constatées depuis le début de l’année au Togo.

Vue partielle des participants à la rencontre
Vue partielle des participants à la rencontre

Carlos KETOHOU du bureau de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) n’a pas manqué, pour sa part, de soulever la question cruciale de l’impunité, surtout celle lié aux décès en général et ceux d’enfants en particulier lors des dernières manifestations au Togo. La LTDH, d’après M. KETOHOU, est d’autant plus préoccupée que les enquêtes ouvertes après ces événements sont restées sans suite et les auteurs non inquiétés. 

« Vos préoccupations sont légitimes », a répondu le ministre en charge des Droits de l’homme qui a salué l’organisation de la rencontre. D’après lui, les malentendus constatés le plus souvent entre le gouvernement et les ODDH sont dus aux divergences dans la manière d’aborder les sujets. « Dans le cas précis des interdictions de manifestation par exemple, on a remarqué différentes interprétations de la même loi, une loi pourtant écrit dans le même français. C’est précisément parce que sur ce sujet, nos priorités ne sont pas les mêmes », a-t-il précisé.

Le ministre TRIMUA a par ailleurs convié les ODDH à faire une analyse objective de la situation des droits de l’homme en se basant sur deux points : le renforcement de capacité des défenseurs de droits de l’homme et le renforcement de la défense des droits de l’homme. « Il est nécessaire que le secteur travaille lui-même à se purifier », a souligné M. TRIMUA qui n’a pas manqué de relever le manque de professionnalisme des certaines organisations.

En outre, au-delà des critiques parfois sévères à l’endroit du gouvernement, Christian TRIMUA préconise la réflexion. Il a donc convié les ODDH à se rapprocher des autorités pour réfléchir ensemble aux dispositions à prendre pour l’amélioration de la situation des droits de l’homme au Togo.

Le dîner d’échanges, il faut le préciser, a été organisé avec l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.