Togo: Des travailleurs formés pour mieux jouir de leur droit à la protection sociale et à la sécurité au travail

(Société Civile Média) – Au Togo, très peu de travailleurs des entreprises des mines et carrières, de la zone franche et des entreprises de construction des ponts et chaussées (ECPC) bénéficient de la protection sociale et de la sécurité et santé au travail. Le constat est de l’ONG Solidarité et Action pour le Développement (SADD). Les 11 et 12 juin, elle a initié à l’endroit de ses travailleurs une rencontre de formation axé sur le thème « la sécurité et santé au travail et la protection sociale : une exigence de notre temps pour humaniser le monde du travail ».

La rencontre, qui s’est tenue à Atakpamé (165 km au nord de Lomé), visait à renforcer les capacités de ces acteurs sur les instruments juridiques nationaux et internationaux en matière de sécurité sociale et de sécurité et santé des travailleurs. Il visait également à les former sur l’importance du port des équipements de protection individuels/collectifs, de la déclaration à la CNSS et les prestations et procédures de cette dernière.

Il s’agissait également de permettre à ces travailleurs de prendre conscience de la nécessité de la protection sociale pour tout travailleur et d’entreprendre ou de participer à des actions visant la jouissance effective de leur droit à la protection sociale.

sadd 2

La rencontre a été l’occasion de passer en revue le mandat de l’OIT en matière de protection sociale notamment la sécurité sociale et la sécurité et santé au travail ; d’identifier et évaluer les dangers et risques susceptibles d’être encouru sur le lieu de travail et décider des précautions à prendre ; de passer en revue la législation togolaise et les conventions et normes internationales en matière de sécurité sociale et de sécurité et santé au travail ; de faire connaitre aux participants les procédures de la CNSS ainsi que les prestations offertes en faveur des travailleurs du Togo. Il a également permis de faire des recommandations pour la prise en compte des dispositions relatives à la sécurité et la santé au travail dans le Code minier en voie d’adoption et l’actualisation des listes des maladies professionnelles et leur diffusion dans les différents secteurs de travail.

Plus d’une trentaine de travailleurs de la Zone franche internationale, de CIMTOGO, de WACEM, d’EBOMAF, de CECO-BTP, de POMAR, de la SNPT, de MM MINING (Bangéli) et de DCT y ont pris part. Ce qui leur a permis de bien cerner les différents enjeux liés à la thématique de la sécurité et la santé au travail.

« Les participants ont émis des recommandations pour l’amélioration des dispositifs de prévention et de précaution dans les secteurs des mines et carrières, de la ZFI et des ECPC. Ces recommandations permettront aux autres acteurs du monde du travail en l’occurrence les employeurs et les gouvernants d’améliorer d’avantage les mesures de sécurité et santé mise en place afin de minimiser et de réduire le plus possible les risques d’accident de travail et de maladie professionnel », apprend-on auprès des organisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.