Ala'a salah soudan

Soudan: Ala’a Salah, cette « courageuse » femme qui a aussi contribué au départ d’Omar El-Béchir

(Société Civile Média) – Dans un pays majoritairement musulman comme le Soudan, la voix de la femme porte très peu. Mais si le président Omar el-Béchir a rendu sa démission ce jeudi après trente ans de pouvoir, c’est aussi grâce à une femme qui s’est distinguée par son courage au cours de la contestation. Elle est donc devenue un icône de la révolution soudanaise.

Son nom est Ala’a Salah. Elle est étudiante et est agée de 22 ans. Présente et surtout très active depuis le 19 décembre où les manifestations ont commencé au Soudan, cette femme est devenue le symbole de cette révolution.

« La révolte soudanaise a désormais son icône : elle s’appelle Ala’a Salah. Elle est devenue le symbole des milliers de femmes soudanaises qui réclament leurs droits en manifestant dans un pays où les femmes sont jugées pour le simple fait de mettre un pantalon », dit d’elle nos confrères de Rfi.
Avant la démission d’Omar el-Béchir ce jeudi, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur la place située devant le quartier général de l’armée depuis samedi. Egalement présente avec d’autres femmes, Ala’a Salah s’est tenue fièrement, débout sur le toit d’une voiture au milieu du rassemblement et chantait la révolte en poésie populaire avec spontanéité. Une vidéo la montrant sur cette voiture a été partagée des milliers de fois sur internet. « Nous avons notre statue de la liberté », note un internaute sous la photo de cette étudiante de 22 ans, qui réaffirme le rôle clef joué par la femme dans la contestation. « La balle ne tue pas. Ce qui tue, c’est le silence de l’homme », chante celle dont on dit qu’elle reflète la culture et l’âme de la société soudanaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.