Mutilations génitales féminines: le Togo bon élève, le phénomène en baisse en Afrique

(Société Civile Média) – Selon une enquête publiée par la revue British Medical Global Health en novembre 2018, menée à partir des données de l’Unicef, le Togo fait partie des bons élèves en matière de lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF).

L’enquête révèle en effet qu’on constate un très faible taux de prévalence aujourd’hui sur le Terre de nos aïeux en matière d’excision et autres mutilations.

Le Ghana et le Bénin font également partie des pays considérés comme de bons exemples.

Les MGF reculent-elles vraiment en Afrique ?

Oui, peut-on tenter de répondre dans un premier temps quand on tient compte des résultats de cette enquête qui indique que le nombre des mutilations sexuelles serait en baisse en Afrique, et particulièrement chez les enfants de moins de 14 ans.

En Afrique de l’Est, les chiffres sont encourageants et sont de moins de 7,3% par an entre 1995 et 2014.
Par contre, les progrès sont plus lents en Afrique du Nord (-4,4% par an entre 1990 et 2015) et en Afrique de l’Ouest (-3% par an entre 1996 et 2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.