FSSTT 1

Togo-6è FSSTT: Travail décent, droits humains et responsabilité sociétale des entreprises dans le secteur minier à l’ordre du jour

(Société Civile Média) – Annoncé il y a quelques jours, le Forum Solidarités Sociales des Travailleurs du Togo (FSSTT) a effectivement démarré ses travaux ce mercredi Kpalimé (environ 120 km de Lomé). Cette rencontre, qui est à sa 6ème édition, se déroule cette année autour du thème « le travail décent, les droits humains et la responsabilité sociétale des entreprises dans le secteur minier au Togo et dans l’espace communautaire (UEMOA/CEDEAO) : Quelles alternatives pour une gouvernance partagée et une transformation économique, sociale et environnementale viable ». Elle connait la présence d’organisations de la société civile, de centrales syndicales, d’autorités gouvernementales, de garants des us et coutumes etc.

Il s’agira, pendant trois jours (du 21 au 23 novembre), de braquer les projecteurs sur les droits des travailleurs des secteurs miniers en Afrique en général et au Togo en particulier. 

Le Forum se penchera également sur le cas des communautés hôtes des entreprises minières. Alors qu’elles devraient bénéficier des fruits des minerais extraits de leurs sous-sols, ces communautés végètent très souvent dans la plus grande pauvreté, trouvant à peine trois repas à manger par jour. En somme, ces populations manquent de tout et ne disposent, dans la plupart des cas, d’aucune infrastructure sociale de base. Le FSSTT 2018 entend donc poser clairement ses préoccupations sur la relecture des questions liées aux responsabilités sociétales des entreprises extractives du Togo et dans l’espace sous régional, notamment dans certains pays présents à la rencontre à l’instar du Burkina Faso, de la Guinée Conakry, de la Mauritanie pour ne citer que ceux-là.

« Le code minier togolais en relecture depuis cinq ans, attend l’adoption du code communautaire afin d’intégrer les dispositions y relatives. Les négociations entre employeurs et travailleurs d’une convention collective sectorielle des mines sont au point mort depuis quatre ans et le décret d’application de la loi n° 2011 -008 relative à la contribution des entreprises minières au développement local et régional se fait attendre. Cette situation prive les travailleurs et les populations des communautés hôtes de leurs moyens de subsistance et de développement », déplore à l’ouverture du Forum, Yves Dossou, Coordonnateur de l’ONG SADD (Solidarité et Action pour le Développement Durable) qui organise le FSSTT en collaboration avec ses partenaires. « A cela, il faut ajouter des actes de mal gouvernance et de corruption régulièrement soupçonnés aux moments des contrats de concessions. Les ressources de l’exploitation minière sont parfois détournées à des fins personnelles, au détriment du développement économique local, régional et national », ajoute-t-il, estimant que ce tableau sombre ne devrait pas laisser indifférents les acteurs sociaux.

Une vue des participants à la 6è édition du FSSTT
Une vue des participants à la 6è édition du FSSTT

Au cours du forum, les participants auront à plancher sur des thématiques aussi diverses que variées telles que : le cadre juridique et l’exploitation minière dans l’espace UEMOA/CEDEAO, la RSE et les conditions de travail et de vie, la liberté syndicale et de négociation collective, le point sur le dialogue social au Togo et dans l’espace communautaire UEMOA/CEDEAO ; l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) au Togo et en Afrique de l’ouest : les avancés, les défis et les perspectives depuis l’admission du Togo comme pays membres ; les conditions de travail et de vie, … et celles des populations des communautés hôtes des entreprises minières ainsi que les approches de solutions.

Par ailleurs, la rencontre sera assortie de dispositions pertinentes notamment : la mise en place d’une équipe du Réseau Zonal pour finaliser un argumentaire de plaidoyer et pouvoir rencontrer des décideurs ciblés ; la constitution des groupes thématiques ; l’élaboration d’un plan de suivi des groupes thématiques pour l’articulation des actions efficaces de plaidoyer et de lobbying pour créer les conditions et prendre les dispositions pour de vrais revalorisation socio-juridique en termes de politiques et de mesures législatives contraignantes sur les droits du travail, les droits humains et la RSE dans les entreprises minières.

Il sera également organisé, après cette rencontre, des renforcements de capacités à l’intention de 3 groupes d’acteurs ciblés sur l’utilisation des outils de monitoring du Travail décent, des droits humains et de la RSE ainsi que sur des outils de formulation et de suivi des plaintes auprès des tribunaux nationaux et supranationaux et auprès d’autres instances supranationales au sujet des atteintes et violations dont ce seraient victimes les travailleurs et les populations des communautés hôtes.

FSSTT 3

Au Togo, l’activité minière est en forte hausse avec une contribution au secteur secondaire qui est passé de 2,1% à 17% en 5 ans. En 2013, conformément aux chiffres communiqués par l’Institut national de la Statistique et des E études économiques et démographiques (INSEED) (ex-DGSCN, Direction Générale de la Statistique de la Comptabilité Nationale, le secteur extractif contribue à hauteur de 18,5% du total des exportations du Togo. En 2014, le Togo a tiré 4 % de ses recettes totales des activités minières, les exportations du secteur extractif représentant 22 % du total des exportations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *