Décentralisation

Togo-Décentralisation: OSC et journalistes désormais situés sur leur rôle dans le processus

(Société Civile Média) – Commencée mardi 23 octobre avec les leaders communautaires, la formation sur la décentralisation organisée à l’intention des OSC et des journalistes s’est achevée ce vendredi. Elle a été pour les participants l’occasion d’en savoir plus sur le processus et de savoir comment contribuer, chacun dans son domaine, à sa bonne marche.

Au cours de cette formation organisée par la Plateforme Citoyenne Justice et Vérité (PCJV), avec l’appui financier du National Endowment for Democracy (NED), quatre (4) thèmes ont été débattus à savoir : « le rôle des OSC et médias dans le processus de décentralisation et dans la gouvernance locale participative »; « le cadre juridique et institutionnel de décentralisation au Togo » ; « le suivi et l’évaluation des politiques publiques » ;  et « comment élaborer un budget, la lecture de ce budget et le suivi des travaux de développement au niveau local ».

Selon Pascal Edoh AGBOVE, expert Consultant international en entrepreneuriat et politique de développement et l’un des formateurs, bientôt auront lieu les premières élections locales depuis plus de 30 ans. A travers ce mécanisme de gouvernance, les populations auront à confier leurs destinées entre les mains des élus et il faut que les citoyens pour qui les élus seront élus, s’organisent pour pouvoir contrôler le pouvoir de ses élus.

« Il est important d’outiller les citoyens afin qu’ils comprennent que la loi leur confère ce pouvoir de contrôler l’action des élus locaux.  Leur expliquer ce qu’ils doivent savoir surtout le cadre juridique, institutionnel et opérationnel qui régit la décentralisation, de manière à ce qu’ils soient suffisamment outillés pour pouvoir jouer le rôle, afin de contribuer à la bonne gouvernance locale », a fait savoir le formateur.  

Les participants, a-t-il poursuivi, ont été outillés sur le suivi et l’évaluation des politiques publiques, un élément important, selon lui. « Nous avons insisté sur leur participation à l’élaboration du plan de développement local ainsi que le suivi d’exécution des programmes et aussi le suivi d’exécution technique des programmes », a-t-il ajouté.

Une vue des participants au cours de l'atelier de formation
Une vue des participants au cours de l’atelier de formation

Plusieurs participants n’ont pas caché leur satisfaction d’avoir pris part à cet atelier. Pour eux, les acquis sont inimaginables. Selon le Chef programme juridique de l’Association Nos Années de Vie (ANAVIE), Seyram ADIAKPO, cette formation sur la décentralisation a permis  de savoir comment s’aventurer sur le terrain de la décentralisation.

« Je travaille dans une organisation qui œuvre dans la promotion des personnes âgées. L’idée, c’est comment faire pour faire participer les groupes vulnérables à la gestion de la chose locale. Je pense que c’est cette motivation qui nous aidera à impliquer les groupes vulnérables notamment les personnes âgées dont nous défendons les droits », a-t-il laissé entendre.

En termes de connaissances proprement dites, il est convaincu que tous les participants ont désormais une idée claire de la définition, la clarification des notions et aussi la politique du compte rendu et enfin l’élaboration des outils de gouvernance.

Pour un autre participant, journaliste de son état, il va de soi que cette formation sera d’une importante utilité dans la sensibilisation des masses.

« Le journaliste doit pouvoir s’ancrer dans ce processus de décentralisation pour que lors des différents débats, il puisse s’en sortir la tête haute, d’autant plus qu’en tant que leader d’opinion, s’il ne maîtrise pas la chose, la masse sera perdue », a-t-il souligné.

Il est temps, a-t-il ajouté, de dépasser les connaissances vagues sur ce processus et de prendre à bras-le-corps le contenu même de la chose.

Bernadette AYIBE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *