bruno haden

Togo-Profanation des mosquées: L’ACAT pour une enquête rapide, impartiale et indépendante

(Société Civile Média) – L’Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture au Togo (ACAT-Togo) se joint à l’Union Musulmane du Togo (UMT) et à toutes les voix qui condamnent la profanation de trois mosquées dans des quartiers périphériques de la ville de Lomé. Tout en qualifiant ces actes de « violations des droits de l’homme », cette organisation dit « saluer la retenue dont fait preuve la communauté musulmane pour un vivre ensemble religieux  au Togo ». L’ACAT-Togo interpelle par ailleurs le gouvernement togolais et lui demande d’œuvrer pour une enquête prompte, impartiale et indépendante afin que les présumés auteurs de ces profanations soient sanctionnés conformément à la loi. Voici l’intégralité du communiqué rendu public par l’ACAT-Togo à cet effet.

COMMUNIQUE

Togo : L’ACAT TOGO condamne avec virulence  la profanation  des exemplaires du Saint Coran  et des mosquées à Lomé.

Lomé le 08 Août 2018 : L’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au TOGO (ACAT TOGO)  apprend avec consternation la profanation des exemplaires du Saint Coran, l’incendie des mosquées et des biens matériels saccagés qui ont eu lieu à Lomé  respectivement dans les nuits du 27, 31 juillet et 03 août 2018  dans les quartiers d’Agoè Assiyéyé et de Sogbossito et appelle le gouvernement togolais à diligenter une enquête approfondie pour l’interpellation des présumés  auteurs.

L’ACAT TOGO interpelle le gouvernement togolais à accélérer les investigations en vue de démanteler les présumés auteurs de ces actes de vandalisme  qui constituent  des violations des droits de l’homme. Cette action permettra de garantir la liberté de religion  conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en son article  18 qui dispose : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites », et à la Constitution Togolaise qui dispose en son article  25 que : « Toute  personne a le droit à la liberté de pensée, de conscience, de religion, de culte, d’opinion et d’expression. L’exercice de ces droits et libertés doit se faire dans le respect des libertés d’autrui, de l’ordre public et des normes établies par la loi et les règlements ».

L’ACAT TOGO indignée par ces actes assure à  l’Union musulmane du Togo et à la communauté  musulmane sa sympathie et son entière solidarité face à cette lourde  épreuve  et salue la retenue dont elles font preuve pour un vivre ensemble religieux  au Togo.

L’ACAT TOGO demande que les présumés auteurs soient rapidement identifiés et sanctionnés selon les lois en vigueur.

L’ACAT TOGO invite :

  • Le gouvernement togolais:

-D’œuvrer pour une enquête prompte, impartiale et indépendante ;

-De prendre des mesures idoines en vue d’un aboutissement rapide de l’enquête pour situer l’opinion nationale et internationale ;

-De s’investir davantage pour la sécurisation des lieux de culte au Togo.

  • La population:
  • A la vigilance, à la dénonciation et à la collaboration pour une issue favorable et rapide de l’enquête ;
  • De faire preuve de retenue pour un vivre ensemble, gage d’une paix sociale durable.

Contact presse: ACAT- Togo: Bruno HADEN – acattogo@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *