vente de migrants

Vente de migrants en Libye: Une réelle politique créatrice d’emplois, le voeu du MMLK

(Société Civile Média) – Tout comme le Mouvement Panafricain des Leaders et d’autres organisations, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) condamne également la vente aux enchères des migrants africains en Libye. Dans une déclaration rendue publique ce lundi, le MMLK appelle les chefs d’Etat africains à adopter une réelle politique créatrice d’emplois afin d’éviter que des jeunes quittent leur pays pour des aventures incertaines. Lecture !

Le Mouvement Martin Luther King condamne cette pratique qui porte atteinte à la dignité humaine et exige le retrait du statut de membre de la Libye aux Nations-Unies, à  l ‘Union Africaine et à  toutes les instances internationales jusqu’à ce que les commanditaires et les auteurs de ce crime soient traduits devant les juridictions compétentes.

Article 4 de la Déclaration Universelle des Droits de l ‘Homme (DUDH)  » Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude, l’esclavage et la  traitre sont interdits sous toutes leurs formes « 

C’est fort de cette disposition de la DUDH que l’humanité toute entière a suivi avec indignation et consternation sur la chaîne américaine CNN le reportage relatif au marché de vente des migrants de la race noire en Libye. Ce commerce abject, vil, odieux et ignoble rappelle tristement le passé inhumain de nos ancêtres victimes de la traite négrière. Or, il y a plusieurs siècles la traite et l’esclavage ont été abolis dans le monde et par conséquent ces pratiques sous toutes leurs formes sont retenues comme crime contre l’humanité.

Malheureusement Force est de constater que de nos jours, l’esclavage survient de manière horriblement attendue sur le continent africain notamment en Libye, ce qui viole l’article 4 de la DUDH. Alors que des jeunes migrants à la quête du mieux être transitent par la Libye pour regagner l’Europe, faute de disponibilité d’emplois et de conditions favorables de vie dues à la mauvaise gouvernance, à la corruption et à la gabegie dans leur pays d ‘origine .

Pour le MMLK, ce phénomène heurte la conscience humaine et interpelle les Nations-Unies à agir conformément au préambule de la DUDH alinéa 6  » Considérant que les États membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations-Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales «. En l’espèce, la Libye étant membre  des Nations-Unies, elle s’expose à la rigueur des textes de la DUDH pour les avoir violés.

Par ailleurs, le MMLK lance un appel pressant aux dirigeants de l ‘Afrique Subsaharienne à adopter une réelle politique créatrice d’emplois à ces jeunes demandeurs et un partage équitable des richesses nationales.

Lomé, le 20 Novembre 2017

Le Président,

Pasteur EDOH KOMI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *