Mouvement nubueke

Togo: Les responsables du mouvement NUBUEKE risquent plusieurs années de prison

(Société Civile Média) – Alors que plusieurs organisations de la société civile réclament la libération des responsables du mouvement NUBUEKE, interpellés dans la nuit du 19 octobre dernier, le procureur de la République, près le Tribunal de première instance de Lomé, Essolisam Poyodi, s’est prononcé sur le sujet à travers un communiqué rendu public ce mardi. Et les nouvelles ne sont pas du tout bonnes pour les détenus.

En effet, de graves accusations sont portées par le procureur de la République à l’endroit de ces responsables du mouvement NUBUEKE. Groupement de malfaiteurs, trouble aggravé à l’ordre public, incitation à la révolte, menace et violence envers les représentants de l’autorité publique, destruction volontaire par incendie des biens publics, détention illégale des matériels militaires et complice de ces infractions, voilà, selon Essolisam Poyodi, les fautes dont les personnes interpellées ont été coupables.

Le communiqué du procureur précise par ailleurs que les domiciles des responsables du mouvement ont été perquisitionnés. Une perquisition qui a permis la découverte et la saisie des pointes métalliques entoilées, une paire  de jumelles,  de matériels militaires, des étuis de grenades lacrymogènes et divers objets susceptibles d’être utilisés pour commission des actes de violences.

« Il résulte également des investigations,  des indices contre les nommés Eza Kokou Dodji et Atsou Ayao, tous membres de cette association comme co-auteurs ou complices du nommé Kokodoko, ce qui justifie leur interpellation », précise le procureur de la République qui entend approfondir les enquêtes pour en savoir plus sur cette affaire.

Autant dire que la libération de Messenth Kokodoko, Kokou Dodzi Eza et Ayao Fiacre Atsu n’est pas pour demain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *