edoh-komi-mmlk

Togo: Pour le MMLK, la « Semaine culturelle » a perdu de sa substance !

(Société Civile Média) – Au Togo, la semaine culturelle a perdu sa véritable identité. Le constat est fait par le Mouvement Martin Luther King (MMLK) qui, dans un communiqué rendu public, « déplore de nos jours une perte d’intérêt et d’impact de la semaine culturelle sur les élèves ». Estimant que cette « fête » qu’on organise dans les établissements scolaires « est actuellement en pleine décadence et finit par se vider de sa substance », le MMLK interpelle le gouvernement et lui demande d’intervenir pour le recadrage de l’organisation de cet événement dans les écoles. Lecture !

CÉLÉBRATION DE LA SEMAINE CULTURELLE AU TOGO : LE MMLK PLAIDE POUR UNE SEMAINE CULTURELLE UTILE ET ÉPANOUIE À TRAVERS LA PROMOTION DES  VALEURS CULTURELLES IDENTITAIRES DU TOGO.

Le Mouvement Martin Luther King déplore de nos jours une perte d’intérêt et d’impact de la semaine culturelle sur les élèves et exige le retour de cette institution scolaire à son  contexte strict de pédagogie, de moralité et de promotion culturelle.

 Jadis considérée et appréciée comme une période intégrale de l’année scolaire et universitaire au cours de laquelle des activités intenses hissant et revalorisant les diversités culturelles du terroir, sont organisées, la semaine culturelle est actuellement en pleine décadence et finit par se vider de sa substance dont les conséquences à court, moyen et à long terme affecteront dangereusement notre société.

Alors que le but originel de la semaine culturelle est de rompre avec le stress des cours et de se  familiariser un temps soit peu avec les activités artistiques  (théâtre, musique, poésie, ballet, danse traditionnelle, récital, dessin, peinture) dont les élèves en tirent profits durables par rapport à  l’apprentissage du travail d’équipe et de  développement de la créativité, du sens de critique et l’art de vivre ensemble.

Or,  plusieurs années déjà, les activités de la semaine culturelle sont en panne et en déchéance dans les établissements scolaires au Togo. Car la plupart de ces activités prévues lors de la célébration de la semaine culturelle sont souvent étiquetées comme matières facultatives (les arts, le dessin, la musique, le sport, couture, enseignement ménager…), donc les élèves y attachent peu d’intérêt et d’importance ou pas du tout. Faute d’un calendrier officiel des  activités pour marquer l’implication du gouvernement de la chose culturelle sur le plan national, la semaine culturelle est galvaudée et ce sont les élèves eux mêmes  qui essayent de prendre les choses en main et orienteraient même les enseignants car la nature a l’horreur du vide. La suite est tragique, horrible et scandaleuse.

On assiste à des programmes festifs pompeux où coulent à flots des boissons fortes, où les cigarettes sont fumées, où le sexe est mis au plan d honneur. Aussi, est il triste de constater les excursions tendancieuses, les improvisations artistiques avec des accoutrements d habits et des  modèles de coiffures bizarres. Tout porte à croire pour  les élèves que la semaine culturelle est mise à part pour favoriser uniquement leur divertissement de façon parallèle au programme scolaire, ce qui n est pas le cas.

Pourtant l’école représente dans tous les milieux, un cadre essentiel en raison de son rôle de socialisation des connaissances dans le processus d’intégration des élèves dans la société à travers la culture. De manière générale, la culture a une force qui englobe, outre  les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l être humain, le  système de valeurs, les traditions et les croyances.

 A cette allure controversée, le culturel togolais est entrain de mourir dans les mains des élèves des établissements scolaires, la relève de demain et cela nous force à agir.

 Eu égard à ce qui précède, le MMLK demande au gouvernement de  recadrer l’organisation de la semaine culturelle pour qu’elle serve à la nation et rassure son avenir.

Le MMLK demande au gouvernement de prendre des mesures pour que les élèves soient motivés par la semaine  culturelle en la rendant obligatoire et que par conséquent un fond d aide à la semaine culturelle soit créé pour récompenser les apprenants méritants.

Le MMLK estime que la semaine culturelle serait davantage utile si les tenues traditionnelles, les langues maternelles et les enseignements ménagers sont au menu des activités comme son nom l’indique « SEMAINE CULTURELLE «.

Le Président,

Pasteur EDOH K. KOMI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *